Fake news et violation de l’état d’urgence sanitaire : plus de 8000 arrestations

Plus de 8.000 personnes ont été arrêtées pour avoir enfreint l’état d’urgence sanitaire ou pour avoir relayé des fake news.

Par

Les patrouilles font des rondes chaque jour, à intervalle régulier, dès 18 heures. Les personnes n'ayant pas d'attestation ou de raison valable d'être dehors sont amenées au commissariat, où elles s'exposent à des amendes, voire un emprisonnement. Certaines contestent, d'autres moins. Yassine Toumi/TelQuel

Depuis la déclaration de l’état d’urgence sanitaire dans le pays, 8.612 personnes ont été arrêtées et soumises aux enquêtes judiciaires sous la supervision des parquets territorialement compétents, a indiqué la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

Ces personnes ont été arrêtés lors des opérations sécuritaires menées par les services de la DGSN pour lutter contre les fake news portant atteinte au sentiment de sécurité chez les citoyennes et citoyens, et pour garantir l’application de l’état d’urgence sanitaire déclaré par les pouvoirs publics afin de faire face à l’épidémie de coronavirus, précise le communiqué de la DGSN diffusé et relayé par la MAP le 5 avril au soir.

Fake news dans le viseur

En matière de lutte contre les fake news, les services techniques de la DGSN chargés de la veille informatique ont mené des expertises et des recherches qui ont permis l’interpellation de 82 personnes pour leur implication présumée dans la diffusion de contenus numériques portant de fausses informations sur les indicateurs de l’épidémie du coronavirus, ou constituant une violation des droits des personnes contaminées, une incitation à la désobéissance aux mesures de sécurité adoptées par les pouvoirs publics, ainsi que la diffusion de contenus violents incitant à la haine et à la discrimination et visant les cadres médicaux et paramédicaux.

Violation de l’état d’urgence

Les opérations menées sur le terrain par les services de la sûreté nationale dans les différentes villes et les centres urbains pour garantir l’application juste et stricte de l’état d’urgence sanitaire ont permis l’arrestation de 8.530 individus. Ces personnes ont été arrêtées soit pour non-possession de l’autorisation exceptionnelle de sortie, soit pour violation des mesures de l’état d’urgence sanitaire, ou encore utilisation de faux documents de sortie. Il s’agit aussi du transport clandestin des personnes, de la préparation et de la vente de produits médicaux et paramédicaux nuisant à la santé publique, de l’attroupement et du refus d’exécuter des travaux ordonnés par l’autorité publique.

La DGSN a veillé à mobiliser tous les moyens humains et logistiques pour assurer le contrôle rigoureux des déplacements des personnes et des véhicules à l’intérieur des villes, à protéger les biens publics et privés et à garantir une couverture sécuritaire renforcée à même de soutenir et d’accompagner les mesures préventives adoptées par les pouvoirs publics pour assurer la sécurité sanitaire de l’ensemble des citoyennes et citoyens.

article suivant

Drive-In Festival : un cinéma en plein air sur la corniche casablancaise