Des sultans et des modes

Dès Moulay Abdelaziz, la mode occidentale avait pénétré le monde réputé fermé du Palais. Quant au beldi, chaque souverain chérifien a laissé son empreinte personnelle sur un vêtement, certes traditionnel, mais en perpétuel remaniement.

Dans une veste Smalto, à la fois élégante et tape-à-l'oeil. C'était, en quelque sorte, sa signature.

Moulay Abdelaziz (1878-1943), surnommé par les historiens “L’enfant-sultan”, car ayant accédé au trône à quatorze ans, il était, comme chacun sait, féru des technologies de son temps. Au point de s’adjoindre, à temps plein, les services de Gabriel Veyre, un des premiers opérateurs des frères Lumière, inventeurs du cinématographe.

Féru de nouveautés, passioné de photographie, Moulay Abdelaziz avait l’habitude de poser dans différentes tenues sous l’objectif de Gabriel Veyre.

Reclus en son palais par Ba Hmad, son vizir et régent, il s’est adonné passionnément, sous la houlette du Français, à la photographie, autant en tant qu’auteur qu’en tant que modèle. Nous avons, aujourd’hui, des portraits de lui — et de son harem — qui lui auraient probablement valu beaucoup d’ennuis s’ils étaient arrivés aux yeux de ses sujets. On l’y voit posant en officier…

article suivant

Lyautey, le royaliste