Coronavirus : les dons de sang, une nécessité à l’épreuve du confinement

Célébrée chaque année le 30 mars, la journée maghrébine du don de sang coïncide cette fois avec l’urgence sanitaire liée à la propagation du coronavirus. Une collecte qui reste nécessaire, vitale même, et dont dépend la survie de nombreux malades.

Par

En 2018, après l'accident de train de Bouknadel, les citoyens avaient fait preuve de solidarité en prenant d'assaut les centres de transfusion sanguine de la région. Crédit: Rachid Tniouni/TelQuel

Un état d’urgence sanitaire a été décrété au Maroc, le vendredi 20 mars, pour enrayer la propagation du Covid-19. Le niveau d’alerte a été élevé et les infrastructures sanitaires renforcées. Le tout pour riposter convenablement à toute éventualité.

Face à cette situation exceptionnelle que vit le Royaume, une pénurie a été enregistrée au sein des banques de sang relevant des centres de transfusion sanguine, en raison de la diminution du nombre de donneurs, liée à la crainte de pouvoir attraper une infection au Covid-19 durant le processus de collecte. Par conséquent, ces centres ont tiré la sonnette d’alarme et mis en garde contre les graves retombées de ce déficit sur la survie de nombreux malades dont la vie dépend de la disponibilité des poches de sang.

Un besoin de 800 donateurs par jour

Le centre a besoin de 800 donneurs par jour pour combler le déficit enregistré au niveau du sang, a affirmé le directeur du Centre national de transfusion sanguine et d’hématologie (CNTSH) à Rabat, Mohamed Benajiba. Et de poursuivre : Certaines conditions pathologiques nécessitent un traitement avec des plaquettes sanguines dont l’absence mettrait en danger la vie des patients.

“Les Centres de transfusion sanguine disposent de tous les moyens nécessaires pour garantir la sécurité des donateurs”

Mohamed Benajiba, directeur du CNTSH

Dans une déclaration à la MAP, ce dernier estime qu’il ne faut pas s’abstenir de donner du sang, particulièrement pendant cette période sensible, compte tenu du besoin prononcé en cette substance vitale. L’occasion également de souligner la nécessité de se conformer à toutes les mesures prises par les autorités, dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, pour limiter la propagation du Covid-19.

C’est ainsi que Mohamed Benajiba a appelé, notamment pour les personnes disposant d’une autorisation exceptionnelle de déplacement, à consacrer un peu de leur temps pour rejoindre le centre le plus proche de transfusion sanguine. “Les Centres de transfusion sanguine (CTS) disposent de tous les moyens nécessaires pour garantir la sécurité des donateurs”, a-t-il tenu à rassurer, ajoutant qu’ils sont soumis à des opérations de désinfection avant et après le processus du don.

Les CTS, poursuit-il, “fournissent des bavettes aux donateurs et veillent au respect de la distance de sécurité — au moins un mètre —, pour éviter toute éventuelle infection lors du processus de collecte, qu’il s’agisse d’un virus ou de toute autre maladie”.

Pour sa part, la directrice adjointe du Centre national de transfusion sanguine et d’hématologie (CNTSH) à Rabat, Khadija Lahjouji, a souligné que cette conjoncture difficile était une “occasion de rappeler l’importance du don de sang”. Une nécessité pour sauver la vie de nombreuses personnes, telles que les patients atteints de cancer, de thalassémie et d’autres maladies hématologiques, en plus de celles victimes d’hémorragies durant les accouchements, ou d’accidents de la circulation.

Élan de solidarité

Une action humanitaire qui “ne devrait pas être saisonnière, mais permanente et régulière”, souligne Khadija Lahjouji. L’occasion d’exhorter tous les citoyens à faire preuve de responsabilité envers ce “devoir national”.

“Ceci met en évidence cet élan de solidarité et de citoyenneté dont font preuve toutes les catégories de la société marocaine en cette situation délicate”

À cet égard, la directrice adjointe du CNTSH a fait observer que la contribution du personnel de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), ainsi que d’autres citoyens dans certaines régions du Royaume, avait permis d’augmenter les stocks en sang au niveau du CNTSH, pour atteindre 5.207 unités de globules rouges et 882 unités pour les plaquettes sanguines, en plus des dons de 2.473 citoyens le vendredi 27 mars. “Ceci met en évidence cet élan de solidarité et de citoyenneté dont font preuve toutes les catégories de la société marocaine en cette situation délicate”, a-t-elle salué.

À son tour, le chercheur dans le domaine de la transfusion sanguine, Raouf Alami, a précisé que dans le cadre de la gestion des poches de sang des donneurs, le CNTSH travaille sur l’analyse des échantillons et la confirmation de leur qualité. Ces dernières seront ensuite séparées en trois composantes de base qui vont être conservées à des températures adaptées à chacune. Les plaquettes sanguines sont ainsi stockées pendant cinq jours à une température comprise entre 20 et 24 degrés, et les globules rouges pendant 42 jours entre 2 et 6 degrés. Quant au plasma, il est conservé pendant un an à un an et demi à une température de moins de 30 degrés, a-t-il expliqué, invitant tout le monde à “donner” cette matière vitale.

Célébrée le 30 mars de chaque année, la journée maghrébine du don de sang a été lancée en mai 2006 lors de la réunion de la Commission maghrébine chargée des médicaments, dispositifs médicaux et autres laboratoires d’analyses et de transfusion sanguine.

(avec MAP)

article suivant

La crise vue par les experts comptables