Bank Al-Maghrib adopte de nouvelles mesures en faveur de l’accès au crédit bancaire

Bank Al-Maghrib (BAM) a annoncé, le 29 mars, l’adoption d’un ensemble de nouvelles mesures de politique monétaire et prudentielles pour soutenir l’accès au crédit bancaire au profit à la fois des ménages et des entreprises, en vue de faire face aux impacts de la pandémie du nouveau coronavirus.

Par

Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al-Maghrib. Crédit: Yassine Toumi/TelQuel

Ce dispositif de mesures permettra de tripler la capacité de refinancement des banques auprès de Bank Al-Maghrib, indique la banque centrale dans un communiqué publié ce 29 mars. Ainsi, Bank Al-Maghrib offre la possibilité de recours par les banques à l’ensemble des instruments de refinancement disponibles en dirham et en devise, l’extension à un très large éventail de titres et effets acceptés par la banque centrale, en contrepartie des refinancements accordés aux banques et de l’allongement de la durée de ces refinancements.

Renforcer la capacité à soutenir les ménages

Autre mesure évoquée dans le communiqué, le renforcement de son programme de refinancement spécifique au profit des très petites entreprises et petites et moyennes entreprises (TPME). Celui-ci devrait intégrer, en plus des crédits d’investissements, les crédits de fonctionnement, en augmentant la fréquence de leur refinancement.

Bank Al-Maghrib prend également des mesures d’accompagnement des établissements de crédit au plan prudentiel couvrant les exigences en matière de liquidité, fonds propres et de provisionnement des créances à l’effet de renforcer la capacité de ces établissements à soutenir les ménages et les entreprises dans ces circonstances exceptionnelles”, explique le communiqué.

Soulignant que cette pandémie ne manquera pas d’avoir une incidence majeure sur l’économie mondiale avec une forte incertitude entourant l’ampleur et la durée de ses effets sur la majorité des secteurs au niveau national, la banque centrale fait savoir qu’elle continuera “de suivre de près les implications de la crise sanitaire sur l’économie marocaine et le système financier, et prendrait, le cas échéant, les initiatives nécessaires pour y faire face”.

(avec MAP)

article suivant

Lyautey, le royaliste