Banques : l’arsenal de soutien à l’économie paré au déploiement

Dès le lundi 30 mars, les mesures décidées par le Comité de veille économique (CVE) vont entrer en vigueur au sein des banques marocaines.

Par

Othman Benjelloun, président du Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) Crédit: Yassine Toumi/TelQuel

Le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) a annoncé, dans un communiqué ce samedi 28 mars, l’opérationnalisation dès lundi 30 mars des mesures prises par les banques dans le cadre du Comité de veille économique (CVE) pour le soutien et l’appui aux ménages et aux entreprises directement touchés par les conséquences du Covid-19 :

Report, sur demande, des échéances des crédits amortissables et de leasing jusqu’au 30 juin 2020

Pour les ménages et les entreprises directement impactés par le Covid-19 : report, sur demande, des échéances des crédits amortissables et de leasing de mars au 30 juin 2020 sans frais ni pénalités de retard

Lignes de crédit additionnelles de fonctionnement pour les entreprises touchées par le Covid-19

Afin de permettre aux entreprises de disposer de la trésorerie nécessaire pour notamment faire face aux versements des salaires de leurs employés et payer leurs fournisseurs, elles peuvent bénéficier de lignes de crédit additionnelles de fonctionnement couvrant jusqu’à 3 mois de dépenses courantes et dans les conditions du produit Damane Oxygène garanti par la CCG. Les réseaux bancaires tiennent à la disposition des entreprises les détails relatifs à ce produit Damane Oxygène.

Ces lignes de crédit additionnelles de fonctionnement sont remboursables, in fine, et ce au plus tard le 31 décembre 2020. Le taux d’intérêt calculé sur ces lignes de crédit additionnelles de fonctionnement est fixé au taux de refinancement de Bank Al-Maghrib majoré de 200 points de base.

Pour les entreprises touchées par le Covid-19 ne pouvant pas rembourser leurs lignes de crédit additionnelles de fonctionnement à l’échéance de décembre 2020, les banques peuvent leur accorder des crédits à moyen terme pouvant aller jusqu’à 5 ans pour les amortir.

article suivant

Lyautey, le royaliste