L’Etat se porte garant des entreprises en difficulté de trésorerie

Jusqu’au mois de juin prochain, un mécanisme exceptionnel de garantie couvrira 95 % des crédits des entreprises en difficulté de trésorerie.

Par

Le ministre des Finances Mohamed Benchaâboun, au Parlement. Crédit: Rachid Tniouni/TelQuel

Le ministère des Finances a mis en place, jeudi 26 mars, un nouveau mécanisme de garantie appelé “Damane Oxygene” auprès de la Caisse centrale de garantie (CCG) et ce, dans le cadre de la mise en œuvre des mesures décidées par le Comité de veille économique (CVE), visant l’atténuation des effets de la crise induite par la pandémie du nouveau coronavirus et ses impacts sur les entreprises.

Ce nouveau produit de garantie, qui bénéficiera aux entreprises dont la trésorerie s’est dégradée à cause de leur baisse d’activité, couvre 95 % du montant du crédit et permet ainsi aux banques de mettre en place rapidement des découverts exceptionnels pour financer le besoin en fonds de roulement.

Appui souverain

Ces financements bancaires couvrent jusqu’à trois mois de charges courantes liées à l’exploitation (les salaires, les loyers, le règlement des achats nécessaires, etc.) et peuvent atteindre 20 millions de dirhams. Pour les cas des entreprises ne disposant pas de lignes de financement à court terme, ce découvert exceptionnel peut atteindre 5 millions de dirhams.

“Damane Oxygene” s’adresse aux TPME dont le chiffre d’affaires ne dépasse pas 200 millions de dirhams. Par ailleurs, et en raison du caractère exceptionnel de cette crise, les entreprises de taille intermédiaire, dont le chiffre d’affaires est situé entre 200 millions et 500 millions de dirhams, peuvent bénéficier de ce dispositif.

Pour permettre aux banques d’accélérer le traitement des demandes de financement des entreprises, la CCG a accordé une délégation aux établissements financiers pour engager sa garantie pour tout crédit dont le montant est inférieur à 2 millions de dirhams. Grâce à ce nouveau mécanisme, les banques disposent désormais d’un appui souverain pour leur permettre de poursuivre et de renforcer davantage l’accompagnement qu’elles accordent déjà aux TPME.

(avec MAP)

article suivant

La crise vue par les experts comptables