La chloroquine, arme fatale contre le Covid-19 ?

Dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, les autorités sanitaires marocaines ont décidé de recourir à la chloroquine pour traiter les patients atteints de la maladie. Largement médiatisée depuis quelques semaines, l’efficacité de la molécule fait débat. La décision des autorités de se saisir des médicaments à base 
de chloroquine est un pari.

Par

Le Plaquénil, qui dispose d’une autorisation de mise sur le marché, est commercialisé au prix public de 12 dirhams la boîte. Crédit: Damien Meyer / AFP

Un “game changer”. C’est ainsi que la chloroquine (et son dérivé, l’hydroxychloroquine), un médicament prescrit contre le paludisme, a été décrite par le président américain Donald Trump, qui en a vanté les mérites un peu prématurément, le 19 mars. L’intérêt du pays de l’Oncle Sam pour ce traitement est tel que la Food and Drug Administration (FDA, l’organe américain chargé d’autoriser la commercialisation des médicaments) a mis en place un “essai clinique étendu” pour le traitement du coronavirus. Sous nos cieux, les autorités sanitaires du royaume ont, elles, ouvertement fait le choix de la chloroquine. En atteste une circulaire émise par le ministère de la Santé et adressée aux hôpitaux et centres de soin, dans laquelle le département de Khalid Aït Taleb indique que cet…

article suivant

“Barcelone ou la mort” : au Sénégal, des femmes et des hommes en quête d’avenir