Football : l’Euro sur le point d’être reporté à 2021

L’Union européenne de football (UEFA) a proposé ce 17 mars de repousser l’Euro de football prévu en juin-juillet à l’été 2021, en raison de la pandémie du coronavirus, a appris l’AFP d’une source proche de l’UEFA.

Par

Noël Le Graët (à gauche), président de la fédération française de football, et Aleksander Ceferin, le président de l'UEFA. Crédit: AFP

Cette proposition de report du Championnat d’Europe de football (Euro) 2020 présentée mardi 17 mars au matin, lors d’une réunion avec les clubs et les ligues professionnelles, doit encore être formellement adoptée par le Comité exécutif de l’instance européenne réuni dans l’après-midi.

L’UEFA a entamé mardi une série de réunions de crise pour décider d’un report historique du tournoi, programmé cet été dans douze pays (12 juin-12 juillet), mais menacé par la pandémie.

Alors que tous les championnats européens majeurs sont interrompus, le sort de la Ligue des champions et de la Ligue Europa, suspendue au stade des 8e de finale, est également au cœur des débats qui ont débuté vers 10 h (9 h GMT) et doivent s’étirer tout au long de la journée.

L’hypothèse d’un report de l’Euro plutôt qu’une annulation, une première en 60 ans d’existence et 15 éditions disputées à ce jour, se précise, d’autant que la confédération européenne l’a écrit noir sur blanc : les discussions doivent porter “sur toutes les compétitions nationales et européennes ainsi que sur l’Euro-2020”.

La première réunion programmée mardi matin réunissait l’UEFA et les représentants des clubs, des ligues professionnelles et des joueurs. Une seconde devait avoir lieu à 13 h (12 h GMT) avec les 55 fédérations membres avant une réunion du comité exécutif de l’instance à 14 h (13 h GMT).

“L’UEFA n’a pas le choix”

La situation est d’autant plus compliquée que la compétition est organisée dans 12 pays, avec un match d’ouverture prévu à Rome, en Italie, l’un des pays les plus touchés par la pandémie. Avec des mesures de confinement et des fermetures de frontières qui se multiplient, “l’UEFA n’a pas le choix : il faut reporter à la fois l’Euro et la Ligue des champions”, juge un cadre du football mondial.

Mais paradoxalement, cet aspect multinational peut faciliter le scénario d’un report, sans stigmatiser diplomatiquement un pays hôte unique ayant lourdement investi dans cet événement. “Ça me paraît plus simple”, confirme Raffaele Poli, directeur de l’Observatoire du football au Centre international d’étude du sport (CIES) de Neuchâtel (Suisse).

Le sélectionneur italien Roberto Mancini qui n’y voit pas d’objection, tout comme le président de la Fédération italienne (FIGC), Gabriele Gravina, favorable à l’idée de “surseoir à l’organisation de l’Euro”. Noël Le Graët, patron de la Fédération française (FFF) expliquait cependant dimanche que l’unanimité ne régnait pas. “Il y a des gens qui veulent jouer, d’autres qui ne le souhaitent pas. La moitié (des fédérations) veulent jouer, l’autre moitié non”, assurait-il sur la chaîne française TF1.

Enjeux financiers “énormes”

Concernant l’Euro, l’option du huis clos semble difficilement concevable. Et il apparaît logique que l’UEFA privilégie un report à une annulation de la compétition, importante source de droits télévisés.

Ainsi, l’Euro-2016, pour le seul marché français, avait généré au total 110 millions d’euros de droits TV, selon des chiffres rapportés par la presse. Et pour cette édition organisée il y a quatre ans en France, l’UEFA a fait état d’un chiffre d’affaires total de 1,92 milliard d’euros, en incluant tous les postes de recettes (droits TV, billetterie…). “Les enjeux financiers sont énormes, confirme un cadre du football international. On sait que la FIFA dispose de réserves importantes, mais on ne sait pas pour l’UEFA ni pour les Ligues.”

Pour les supporters ayant déjà acheté leurs billets et réservé leurs déplacements, l’essentiel est d’être prévenu assez en amont pour pouvoir “prendre leurs dispositions”. “L’attente de l’immense majorité des supporteurs européens, c’est de complètement mettre en suspens le foot et de reporter l’Euro-2020”, a déclaré à l’AFP Ronan Evain, directeur général du réseau Football Supporters Europe (FSE).

Mais si l’option du report est privilégiée, le calendrier international déjà surchargé offre très peu de latitude. La proposition d’un Euro reprogrammé l’hiver prochain “risque de se heurter à l’opposition des Ligues qui ont déjà accepté de suspendre leur championnat pour le Mondial-2022 disputé en novembre-décembre au Qatar”, explique un autre bon connaisseur du football mondial.

Quant à un Euro reporté à l’été 2021, il se télescoperait avec la Coupe du monde des clubs programmée en Chine par la FIFA qui en attend des revenus importants.

article suivant

Aradei Capital, première introduction en Bourse de l’ère Covid