Mohamed Mouftakir : “L’art n’est pas une distraction”

TNIOUNI/TELQUEL

Smyet bak ?

Houcine.

Smyet mok ?

Rqia.

Nimirou d’la carte ?

000000 (rires)

Votre film ‘L’automne des pommiers’ a décroché le Grand prix du Festival national du film de Tanger. C’est vrai que vous avez eu des difficultés pour financer le film?

Nous avons toujours des difficultés pour financer nos films. Après, c’est relatif. Pour moi, le triomphe, c’est de finir par réaliser ce que nous avions envie de faire, malgré les contraintes financières. Je pense que l’intelligence peut surmonter les obstacles financiers. En tout cas, j’y crois.

Vous avez mis combien de temps pour aller au bout de sa réalisation?

Trois ans. Une année pour écrire, une année pour faire le montage financier et chercher les fonds et une année pour le préparer, le tourner, le monter et le sortir. C’est mon rythme, je ne peux pas faire autrement. Il y a des gens qui peuvent le faire en moins de temps, d’autres en plus de temps.

Est-ce que le CCM vous a soutenu financièrement?

Mohamed Mouftakir
“Au Maroc, le…
Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés