Abdelfattah Kilito et les classiques

Dans un recueil récemment traduit en français, Abdelfattah Kilito donne des clefs pour se lancer à la (re)découverte des classiques arabes.

Lire un texte, est-ce casser une noix, comme le suggère avec Kalila wa Dimna le philosophe hindou Bidpaï ? Al-Ma‘arrî et Mutanabbî étaient-ils vraiment des poètes ? Qu’est-ce qui permet à un vieux et pauvre pêcheur d’apprivoiser un démon ? Qu’est-ce que le chameau a réellement dit à Abû Sahl al-Qurashî ? Mais d’abord, qu’est-ce qu’un classique ? Est-ce qu’on l’enseigne en classe ? Est-ce ce qui est ancien et à perpétuer ? Un patrimoine contre lequel se révolter ?

Ruptures, Abdelfattah Kilito,traduit de l’arabe par Francis Gouin Toubkal, 104 p., 58 DH
Et que dire quand ce patrimoine puise aux sources arabes mais aussi européennes ? “La valeur de la littérature arabe ne dérive-t-elle pas de la littérature étrangère ?” Dans ces neuf brefs essais, Abdelfattah Kilito nous lance, avec humour et finesse, une invitation à revisiter l’immense richesse des classiques arabes.

Éloge de la redécouverte

La critique littéraire est au cœur de sa démarche. Abdelfattah Kilito…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés