Samir Belfkih : “Les Marocains ne reconnaissent plus le PAM”

DR

Smyet bak ?

Mohamed.

Smyet mok ?

Fatima Zahra.

Nimirou d’la carte ?

CB50488.

Près d’un mois après le congrès national du PAM, vous êtes-vous remis des horreurs — bastons, engueulades et on en passe — qui ont émaillé l’événement?

Je n’irai pas jusqu’à parler d’horreurs, mais que de telles scènes puissent ponctuer le congrès de la deuxième force politique du pays, je n’en reviens toujours pas! Vivre ces accrochages est assez déplorable et regrettable. Et évidemment, cela affecte l’image du parti, mais aussi celle de l’ensemble du champ politique au Maroc.

A quelques jours de la tenue du congrès, vous avez publiquement annoncé votre candidature pour prendre les rênes du parti, et à quelques heures du vote, vous avez décidé de jeter l’éponge. Dans la vie comme en politique, il faudrait savoir ce qu’on veut, ce qui ne semble pas être votre cas…

Vous vous trompez. J’ai quitté le congrès tout simplement parce que les conditions nécessaires pour mettre en œuvre l’exercice démocratique n’étaient pas réunies. à titre d’exemple, j’ai…

article suivant

Bank Al-Maghrib adopte de nouvelles mesures en faveur de l’accès au crédit bancaire