Larabi Jaïdi : “Tous les ALE du Maroc ont été mal négociés”

En tablant sur une accessibilité idoine au marché européen, avec l’aide des matières premières turques dans le textile, le Maroc a signé un ALE fatal. L’économiste et senior fellow du Policy Center for the New South, Larabi Jaïdi, nous rappelle le péché originel. Interview

Par et

RACHID TNIOUNI/TELQUEL

Le Maroc est déficitaire sur l’écrasante majorité de ses 56 accords de libre-échange (ALE), pourquoi cette fixation sur la Turquie?

C’est en raison du fait que les secteurs concernés sont un peu plus fragiles que ceux couverts par les ALE avec l’Union européenne ou les États-Unis. En outre, les exportations turques ont augmenté ces dernières années à un rythme beaucoup plus élevé que celles émanant de l’UE et des états-Unis. C’est aussi parce que le déficit dans les échanges avec la Turquie s’est creusé plus sensiblement.

“Le fait d’avoir un ALE ultra-déficitaire avec un pays qui était considéré plus ou moins du même niveau de développement rend la réaction de nos officiels plus sensible”

Larabi Jaïdi
Mais c’est surtout parce que la Turquie est aujourd’hui un des pays les plus compétitifs de la région MENA et…

article suivant

Le cofondateur du Journal hebdomadaire Fadel Iraki s’est éteint