Khalid Ouaya, la descente aux enfers d’un golden boy

Condamné à dix ans de prison ferme et un million de dirhams d’amende, l’ancien directeur de l’Agence urbaine de Marrakech est tombé pour “grande” corruption. Retour sur la chute d’un enfant de la haute.

Par

Khalid Ouaya, directeur de l’Agence urbaine de Marrakech. Crédit: DR

Le 4 juillet dernier, Khalid Ouaya, alors directeur de l’Agence urbaine de Marrakech, quitte à bord de sa voiture la wilaya de la ville ocre quand il se fait surprendre par la Brigade nationale de la police judiciaire. Il tente de prendre la fuite mais finit par percuter une voiture de police. Lors de son arrestation, les policiers trouvent en sa possession la somme de 500 000 dirhams en liquide, ainsi qu’un chèque de 8,8 millions de dirhams à l’ordre d’une société de conseil dirigée par son épouse. Sept mois plus tard, Khalid Ouaya est condamné par la Chambre criminelle près la Cour d’appel de Marrakech à dix ans de prison ferme assortis d’une amende d’un million de dirhams. Malgré sa condamnation à dix ans de prison ferme, le Parquet n’a pas exigé d’investigation sur…

article suivant

Le doctorat fait-il encore rêver ? Regards croisés entre le Maroc et la France