Valoris Securities certifiée “ISAE 3402-Type 1”

Valoris Securities, filiale de Capital Gestion Group spécialisée dans l’intermédiation boursière et la tenue de compte, vient d’obtenir la certification “ISAE 3402-Type 1”, de son dispositif de contrôle interne.

Ce contenu est une communication d’entreprise. Il n’a pas été rédigé par les journalistes de TelQuel

La norme ISAE 3402 (International Standard on Assurance Engagements 3402) publiée par l’IAASB (International Auditing and Assurance Standards Board) a pour objectif de garantir aux clients et à leurs auditeurs que le traitement de leurs opérations est sécurisé et que les prestations offertes sont conformes aux standards internationaux.

Cette certification est attribuée à Valoris Securities après un audit approfondi réalisé par le cabinet indépendant BDO Maroc.

Cette reconnaissance illustre la volonté de Valoris Securities de certifier ses process de contrôle interne, afin de s’assurer de leur fiabilité, et placer ainsi le dispositif de maîtrise des risques au cœur de son activité.

Dates clefs

Mars 2017 : Mise en place d’une nouvelle organisation au sein de la société pour accompagner la nouvelle vision stratégique définie par le conseil d’administration

Janvier 2017 : Nomination par le conseil d’administration d’un nouveau directeur général délégué

Avril 2015 : Augmentation de capital de 18 Mdhs à 19,5 Mdhs

Mars 2015 : Changement de dénomination d’Eurobourse à Valoris Securities

Février 2015 : Prise de contrôle majoritaire et nouvel agrément du ministre des Finances.

Novembre 2013 : Augmentation de capital de 6,5 Mdhs pour le porter à 18 Mdhs et entrée de Capital Gestion Group dans le tour de table de la société.

Octobre 1998 : Création juridique de la société par ses fondateurs M. Omar Amine, M. Youssef Jaidi, ainsi que le groupe La Financière Capitale avec un capital initial de 5 Mdhs

Juillet 1998 : Agrément du ministre des Finances en tant que société de bourse et teneur de compte affilé à Maroclear.

article suivant

Le doctorat fait-il encore rêver ? Regards croisés entre le Maroc et la France