Quand les grands manitous du numérique tirent sur les réseaux sociaux

Même ceux qui ont élaboré les stratégies marketing des plus grandes plateformes numériques du monde tirent la sonnette d’alarme.

Par

Dieu seul sait ce qu’ils font aux cerveaux de nos enfants. (…) C’est une boucle de validation sociale… exactement le genre de choses qu’un hacker comme moi inventerait, parce qu’on exploite une vulnérabilité de la psychologie humaine. (…) Les inventeurs et créateurs – moi, Mark (Zuckerberg), Kevin Systrom sur Instagram, tous ces gens – l’ont très bien compris. Et l’ont fait quand même, en connaissance de cause” Sean Parker, l’un des fondateurs de Facebook, expliquant la stratégie de ce réseau social pour manipuler le comportement des utilisateurs, lors d’un événement organisé par le média américain Axios, le 8 novembre 2017. “Les smartphones sont des outils très utiles, mais ils sont addictifs. Le “Pull-to-refresh” est addictif. Twitter est addictif. Ce ne sont pas de bonnes choses. Quand je travaillais dessus, je n’étais pas assez mature pour y penser. Je ne dis pas que je suis mature…

article suivant

Alors que la RAM s'empare du créneau des low-costs, Marrakech “passe à l’offensive” pour sauver sa saison hivernale