CSMD, plutôt qu’un nouveau modèle, un “nouveau pacte social”

Le 4 février à Rabat, la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD) a présenté un premier bilan d’étape de ses travaux entamés le 12 décembre dernier. Fait marquant: l’utilisation par son président de l’expression “nouveau pacte social”, allant ainsi au-delà d’un nouveau modèle de développement.

Par

Entourant Chakib Benmoussa au centre, des membres de la Commission (de g. à d.) : Mohamed Tozy, Ahmed Reda Chami, Hakima Himmich et Driss Ksikes. Crédit: Rachid Tniouni/TELQUEL

Comment travaille la Commission ?

Cinquante jours après sa nomination, Chakib Benmoussa était présent, entouré de certains membres de la Commission: le président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Ahmed Reda Chami, le professeur universitaire Mohamed Tozy, la militante Hakima Himmich et le chercheur Driss Ksikes. Chakib Benmoussa a rappelé l’importance d’avoir écouté les partis, les syndicats, les chambres professionnelles et les instances de gouvernance lors d’une quarantaine de réunions. Plusieurs visites de terrain ont par ailleurs été effectuées à Taroudant, El Jadida, Benguerir, Ifrane et Azrou. Le but est de “voir sur le terrain comment les gens conçoivent leurs problèmes et les solutions qu’ils proposent pour y faire face”. En plus des auditions et des visites de terrain, la Commission a tenu plusieurs réunions internes pour traiter des sujets de base…

article suivant

Vers une pénurie de masques sanitaires au Maroc ?