Les tentatives de Basri de saborder l’action de Abderrahmane Youssoufi

Témoin “embedded” de la séquence Alternance, Driss Guerraoui jette un rai de lumière sur une époque clé de l’histoire moderne du royaume. Une période pétrie d’obstacles pour 
un Premier ministre, Abderrahmane Youssoufi, qui voulait transformer le pays mais butait systématiquement contre des forces de blocage protéiformes. Récit par biographie interposée d’un temps où le simple fait de passer une loi d’apparence anodine s’apparentait à un sacerdoce.

Par

Abderrahmane Youssoufi préside le premier Conseil de gouvernement du règne de Mohammed VI, fin juillet 1999. Basri, qui lui avait été imposé par Hassan II, est encore là. 
Il sera évincé par le nouveau 
roi en novembre de la 
même année. Crédit: ABDELHAK SENNA / AFP

Abderrahmane Youssoufi définissait les poches de résistance comme la confluence de “personnes qui ont profité ou qui profitent encore de leur situation pour servir leurs intérêts propres. Ces personnes considèrent tout changement et tout renouveau comme une menace à leur situation économique ou à leur statut politique”.

Driss Guerraoui revient 
sur la période de l’Alternance dans son livre ‘Youssoufi, leçons pour l’histoire’.Crédit: YASSINE TOUMI/TELQUEL

Témoin exceptionnel de l’époque, le président du Conseil de la concurrence, alors conseiller du Premier ministre Abderrahmane Youssoufi pendant l’Alternance, revient sur un pan de l’histoire méconnu du grand public, à travers une biographie autorisée du taulier socialiste. Si de nombreux…

article suivant

Le doctorat fait-il encore rêver ? Regards croisés entre le Maroc et la France