Boukous : “On appelait les Amazighs les neveux de Lyautey, les agents du sionisme”

Tniouni

Smyet bak  ? Brahim. Smyet mok ? Aguida. Nimirou d’la carte ? A8208. Le projet de loi relatif au Conseil national des langues et de la culture marocaines (CNLCM) est encore bloqué au parlement. À la dernière minute, l’Exécutif a déposé un amendement pour éviter à l’Institut d’études et de recherches pour l’arabisation (IERA) d’être sous la tutelle du Conseil. Une décision contrée par les députés RNI, qui souhaitent que l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM) bénéficie du même traitement. Cette situation vous irrite-t-elle ? Irrité, pas vraiment, mais il est important de rappeler que le projet de loi initial de Conseil national des langues remonte à des années. À l’époque, je représentais l’IRCAM dans la commission d’élaboration. Ce que je constate aujourd’hui, c’est que le texte actuel tronque le projet initial, et ce n’est pas normal. Cela ne respecte ni le fond ni l’esprit de l’article 5 de la Constitution, qui voudrait que le Conseil regroupe l’ensemble des institutions qui ont pour objet la promotion et le développement des…

article suivant

Le Palais décide de reporter les célébrations de la fête du trône