Bourita a-t-il négocié une normalisation avec Israël contre un consulat américain à Laâyoune ?

Depuis quelques jours, médias israéliens et américains laissent à penser que Benyamin Netanyahou a fait des pieds et des mains pour obtenir, auprès de Washington, la reconnaissance du Sahara par les États-Unis. Une manœuvre à but électoraliste, présentée comme gagnante pour toutes les parties. Explications.

Par

Nasser Bourita et Mike Pompeo à Washington, lors de la 4e session du dialogue stratégique Maroc-Etats-Unis, en novembre 2019.

Les révélations successives de la presse étrangère poussent de plus en plus à se poser la question : et si le Maroc faisait l’objet de toutes les attentions du tandem Israël–États-Unis pour pousser le royaume à normaliser ses relations avec l’État hébreu ? Ces derniers jours, plusieurs médias américains et israéliens font état de discussions avancées pour faire du Maroc un appui de poids dans la région. Ce jeu à trois bandes, avec la discussion d’un accord trilatéral, verrait alors les États-Unis reconnaître la souveraineté marocaine sur son Sahara avec, dans la foulée, l’ouverture d’un consulat américain à Laâyoune. En contrepartie, le Maroc pourrait bien entamer une normalisation de ses relations avec Israël, alors que les deux pays n’entretiennent plus aucune relation diplomatique formelle depuis 2000. Une volonté du gouvernement hébreu de redessiner ses relations avec son…

article suivant

La CNSS annonce la prise en charge des soins afférents au Covid-19