Gaza désarmée

La population de la bande de Gaza a connu trois affrontements majeurs avec l’État hébreu, en 2009, 2012 et 2014. Le territoire est sous le contrôle du Hamas depuis 2006 et la victoire du mouvement islamiste aux élections. Voici les dispositions du “deal du siècle” concernant Gaza.

Par

Manifestations de Palestiniens à la frontière de la bande de Gaza le 30 mars 2018. Crédit: Jack Guez/AFP

Selon l’ONU, la bande de Gaza, qui compte 2 millions d’habitants, pourrait devenir “invivable” en 2020, en raison des blocus israélien et égyptien qui conduisent à un approvisionnement limité en énergie et en eau, à la dégradation du système de santé et au très fort taux de chômage.

À Gaza, l’administration Trump prévoit une série d’investissements économiques dans la formation professionnelle, les infrastructures et les entreprises privées, mais selon des conditions politiques sévères. Voici les considérations du “deal du siècle” concernant Gaza :

• Gaza est devenue un refuge sûr, non seulement pour le Hamas, mais aussi pour les groupes djihadistes internationaux comme le Jihad islamique palestinien (JIP) qui ont miné la sécurité de l’Égypte dans le Sinaï. Si ces groupes s’infiltraient en Cisjordanie, ils pourraient créer une situation sécuritaire chaotique pour le royaume hachémite de Jordanie, ainsi que pour l’État d’Israël.

• Des améliorations significatives pour la population de Gaza ne se produiront pas tant qu’il n’y aura pas de cessez-le-feu avec Israël, la démilitarisation complète de Gaza et une structure de gouvernance qui permet à la communauté internationale d’investir en toute sécurité et confortablement dans des investissements qui ne seront pas détruits par des conflits futurs.

• L’État d’Israël n’est censé mettre en œuvre ses obligations en vertu de l’accord de paix israélo-palestinien seulement si l’autorité palestinienne (dirigée par le président Mahmoud Abbas), ou un autre organe acceptable pour Israël, a le plein contrôle de Gaza, si les organisations terroristes à Gaza sont désarmées et Gaza entièrement démilitarisée.

• La communauté internationale doit être disposée à verser une compensation sous la forme d’investissements majeurs pour la démilitarisation complète et probante de Gaza.

• Si l’État de Palestine inclura Gaza, les défis sécuritaires rendent la construction d’un port à Gaza problématique dans un avenir prochain.

article suivant

Mauvaise gestion à la CAF : le contexte d’une fuite (1/5)