Frais de scolarité: mission bien emplie

Alors que les effectifs d’élèves augmentent, le réseau d’enseignement français à l’étranger, qui a vu ses subventions fondre ces dernières années, recourt de plus en plus aux familles pour se financer.

Par et

Ces dernières années ont été marquées par une hausse des tarifs de l'enseignement français à chaque nouvelle rentrée des classes. Crédit: AIC PRESS

Les associations de parents d’élèves scolarisés à la mission française ne décolèrent pas. En cause, un courrier du directeur de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE), Olivier Brochet, reçu le 15 janvier, leur confirmant que l’augmentation des frais de scolarité, d’ordinaire calquée sur l’inflation, allait tripler à la rentrée 2020-2021.

“Il faut qu’il y ait un pilotage politique de l’AEFE, car on ne peut pas laisser une administration faire un bras d’honneur au ministre de tutelle”

M'jid El Guerrab, député des Français établis au Maroc
Nous étions censés discuter de cette augmentation afin de la lisser un peu dans le temps et d’essayer de trouver des solutions et pour éviter que ce soit trop brutal. Il faut qu’il y ait un pilotage politique de l’AEFE, car on ne peut pas laisser une administration faire un bras d’honneur au ministre de tutelle”, explique M’jid El Guerrab, député des Français…

article suivant

Le plaidoyer d’Ahmed Reda Chami pour renforcer la classe moyenne