Le sex-appeal de Mohamed Hamidi

Jusqu’au 29 février, l’Espace Expression CDG à Rabat accueille l’une 
des rétrospectives les plus emblématiques de cette décennie naissante. Celle rendant compte du travail flamboyant d’un artiste fin, présent sans discontinuité, amoureux de l’amour.

Par

Sans titre. Technique mixte sur toile (120 X 150 cm) Crédit: DR

A soixante-dix-huit ans dont soixante dédiés à l’art, l’artiste évite toujours de se regarder dans une glace, étant lui-même le miroir de ce qui jaillit de ses entrailles. Discret, il pousse des cris silencieux, ceux qui racontent des histoires écrites par le geste suggéré plus qu’explicité. Hamidi est dans la sensualité, l’érotisme. Seulement, culturellement, il est freiné par une mentalité qui pousse à l’imagination extrême, au contournement des tabous. Avant lui, d’autres expressions artistiques subissaient le même sort, le malhoun en tête, dont les contes d’amour sont imagés à outrance. Du coup, la parade prend forme.

Une leçon non académique

Végétation, volatiles et différentes formes poético-sexuelles sont appelés à la rescousse, remplaçant avec cœur de véritables représentations chères à celui qui rêve à ses débuts du nu qu’il pratique au poil. Une nudité qu’il décompose, livre à la vue d’un public invité à la restituer, esthétiquement…

article suivant

Vers une pénurie de masques sanitaires au Maroc ?