Le ministre des Habous réclame un milliard pour restaurer 1500 mosquées menaçant ruine

Depuis 2011, les autorités ont procédé à la fermeture de 3 238 mosquées nécessitant une réhabilitation. S’il n’obtient pas de financement, le ministère des Habous devra geler les nouveaux projets d’édifices religieux.

Par

L'effondrement d'un minaret dans le quartier historique de Meknès, en février 2010, avait fait 41 morts et 76 blessés. Crédit: Abdelhak Senna/AFP

Pour poursuivre sa politique de réhabilitation des mosquées qui aboutit chaque année à la fermeture de 200 édifices menaçant de s’effondrer, le ministère des Habous a réclamé, pour les trois prochaines années, un milliard de dirhams supplémentaires à l’État.

Si aucune suite n’est donnée à cette requête, le département des Affaires islamiques sera dans l’obligation de geler, dès cette année, la plupart des nouveaux projets de mosquées, de complexes culturels et d’écoles d’enseignement traditionnel, a prévenu Ahmed Toufiq.

Bâtiments publics

Démarrée en 2011, l’opération de restauration des mosquées a mobilisé 4661 expertises techniques afin d’évaluer l’état de dégradation des bâtiments. Le processus, ayant coûté 140 millions de dirhams, a abouti à la fermeture de 3238 mosquées. Parmi ces bâtiments, 1034 ont été réhabilités, 459 sont en cours de rénovation et 189 autres attendent une autorisation de travaux. Le reste, soit 1556 bâtiments, nécessite un milliard de dirhams pour réhabilitation, d’après le ministre.

Le Maroc abrite 52400 mosquées qui occupent une superficie totale d’environ 8,5 millions de m2. Des bâtiments publics qui nécessitent un entretien et une mobilisation budgétaire pour leur réhabilitation, a affirmé le ministre, ajoutant que certains édifices nécessitaient d’être entièrement reconstruits.

(avec MAP)

article suivant

19 septembre : 40 décès et 2.552 nouveaux cas de contaminations au coronavirus