3 choses à retenir du rapport du CESE sur le stress hydrique

AFP PHOTO / Orlando SIERRA

Une situation alarmante

La demande en eau au Maroc est aujourd’hui supérieure à la quantité disponible en ressources annuelles renouvelables d’eau douce”, annonce le Conseil économique social et environnemental (CESE) dans un communiqué publié le 26 septembre. “Certaines études internationales indiquent que les changements climatiques pourraient provoquer la disparition de 80 % des ressources d’eau disponibles dans notre pays dans les 25 prochaines années”, précise le Conseil, qui alerte sur la surexploitation des nappes souterraines.

Comment y remédier ?

Le CESE préconise de sensibiliser les usagers sur des comportements économes, en limitant par exemple l’eau potable pour les espaces verts et en réutilisant les eaux usées. Il est, selon lui, nécessaire de réformer la tarification des eaux, d’améliorer le cadre réglementaire et de renforcer la gestion institutionnelle des eaux. Le dessalement de l’eau de mer et les stations d’épuration sont également des solutions urgentes, selon le Conseil.

Amara tempère

Pour le ministre de l’Equipement, du transport, de la logistique et de l’eau, Abdelkader Amara, “la situation n’est pas alarmante”. “Cette situation n’est…

article suivant

L'annonce de certaines mesures dernièrement ne signifie guère la levée de l’état d’urgence sanitaire (Laftit)