Carlos Ghosn interdit de quitter le territoire libanais

La justice libanaise a interdit, ce 9 janvier, à l’ex-patron de Renault-Nissan Carlos Ghosn de quitter le pays, après un interrogatoire par le parquet général au sujet d’une demande d’arrestation d’Interpol.

Par

A Tokyo, des hommes passent devant un écran diffusant un bulletin d'information annonçant l'arrestation de Carlos Ghosn, en novembre 2018. Crédit: AFP

Le parquet général a adopté une décision interdisant à Carlos Ghosn de voyager et a demandé son dossier” judiciaire auprès du Japon, a précisé une source judiciaire à la presse, ce jeudi 9 janvier.

La saisie d’un ordinateur et autres objets utilisés par Carlos Ghosn avant sa fuite au Liban a été refusée mercredi 8 janvier par l’équipe de défense de l’ex-patron de Renault-Nissan. “En vertu du secret professionnel liant un avocat et son client, nous avons exercé notre droit de refus de saisie et leur avons demandé de partir sans accéder à nos bureaux”, ont affirmé les avocats de Carlos Ghosn, cités par des médias nippons.

à lire aussi

Pour rappel, le Liban avait annoncé, la semaine dernière, avoir reçu une demande d’arrestation d’Interpol concernant l’homme d’affaires de 65 ans. Carlos Ghosn, qui fut le chef d’entreprise le mieux payé au Japon, fait l’objet de quatre inculpations : deux pour des revenus différés non déclarés aux autorités boursières par Nissan (qui est aussi poursuivi sur ce volet), et deux autres pour abus de confiance aggravé.

article suivant

Le mandat de la Minurso prorogé pour une durée d’un an