ONSSA : Jettou fait le point au Parlement

Taux élevé de pesticides dans le thé, soupçon d’indulgence dans certains contrôles... l’ONSSA a suscité la polémique ces derniers mois. Le dossier s’invite au Parlement le 7 janvier avec une intervention très attendue de Driss Jettou, premier président de la Cour des comptes.

Par

Driss Jettou, premier président de la Cour des comptes, devra faire le point sur la situation de l'ONSSA le 7 janvier à la Chambre des représentants. Crédit: MAP

Driss Jettou est attendu à la Chambre des représentants mardi 7 janvier à 15 heures. Le premier président de la Cour des comptes devra présenter les conclusions du contrôle de l’Office national de la sécurité sanitaire (ONSSA) devant les membres de la Commission de contrôle des finances publiques.

Plusieurs affaires avaient défrayé la chronique ces dernières années, remettant en cause l’efficience du contrôle des produits alimentaires par cette institution. Produits toxiques dans le thé, gestion de l’affaire des viandes vertes lors de la période de l’Aid en 2018… autant de dossiers qui avaient mis l’ONSSA sous le feu des projecteurs.

En septembre dernier, la Cour des comptes avait publié un rapport alarmant sur l’ONSSA. Ce document avait relevé une série de défaillances, dont un manque d’indépendance, une inadéquation entre les moyens déployés et les missions. Par exemple, “les besoins de l’ONSSA en personnel, toutes catégories confondues, sont importants, d’autant plus qu’un nombre considérable de départs à la retraite a eu lieu ces dernières années (562 départs depuis 2013) et avec un rythme de plus en plus soutenu”.

à lire aussi

Les risques de présence de produits toxiques dans le thé, notamment, avaient interpellé sur le rôle de l’ONSSA dans la protection des consommateurs. TelQuel avait réalisé une enquête exclusive sur la présence de pesticides dans les échantillons de 11 marques marocaines.

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

Le Canada prolonge la suspension des vols en provenance du Maroc