Rapatriement des familles de jihadistes : un retour imminent ?

Selon les autorités, des dizaines de femmes et enfants de jihadistes d’origine marocaine pourraient revenir au Maroc. 280 femmes et 391 enfants marocains seraient concernés. 

Par

Camp de réfugiés d'Al-Hol (photo d'illustration du camp). Crédit: AFP

C’est une question qui se pose, à l’heure où la Turquie commence son programme de renvoi des activistes étrangers et des familles du groupe Etat islamique (EI). Depuis plusieurs mois, l’Etat turc expulse des individus de différentes nationalités, partis faire le jihad et détenus sur son sol. Quid des Marocains ?

280 femmes et 391 enfants marocains toujours en Syrie

Les autorités turques coordonnent, avec leurs homologues marocains, les expulsions pour un certain nombre de Marocains partis rallier l’EI, d’autant que se trouvent parmi eux des femmes et des enfants”, indique la version arabophone d’Hespress, ce 25 décembre. Une “porte qui s’est ouverte” avec les autorités turques, notamment depuis l’annonce de la mort du chef de l’organisation Etat islamique, Abou Bakr al-Baghdadi, le 26 octobre.

Dans un article consacré au retour des femmes de combattants, le pure-player indique que les autorités marocaines sont en discussion concernant le retour de “dizaines d’entre elles”, qui ne représentent “aucun danger”. Plusieurs d’entre elles sont détenues dans les camps de jihadistes surveillés par les Forces démocratiques syriennes (FDS).

A la fin octobre, le directeur du Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ), Abdelhak Khiame, avait estimé que les proches des jihadistes n’était “pas des terroristes”. Ils ne peuvent “en rien être blâmés”, avait-il ajouté lors d’une conférence de presse.

Le patron du BCIJ estimait à “280 femmes et 391 enfants marocains”, qui se trouvent dans ces campements. Toujours selon la même source, 1 659 Marocains ont rejoint le groupe Etat islamique ou d’autres organisations jihadistes. 742 ont trouvé la mort au combat.

Alors que la chute du califat est désormais plus ou moins actée, la problématique interroge dans de nombreux pays. Rien qu’au campement d’al-Hol, les organisations humanitaires sur le terrain estiment que 70 000 personnes y sont entassées, des familles de jihadistes de toutes nationalités. Les forces kurdes ne cessent d’interpeller la communauté internationale afin qu’une institution judiciaire soit érigée sur place, pour juger les jihadistes de Daech. Un tribunal international spécial, calqué sur des modèles en ex-Yougoslavie et au Rwanda.

Un casse-tête international

Quant aux pays concernés, ils se distinguent par leur lenteur. Michelle Bachelet, la Haute-Commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme a demandé aux différents pays, le 24 juin, que les membres des familles des jihadistes capturés ou tués en Syrie et en Irak soient “rapatriés, à moins qu’ils ne soient poursuivis pour des crimes”.

Un point corroboré le défenseur des droits de l’Homme Abdelilah al-Khodari, contacté par Hespress. “L’Etat marocain est moralement, humainement et légalement obligé de recevoir ses enfants malgré tout ce qu’ils ont commis”, détaille le militant. Néanmoins, ce dernier appelle à ce que la surveillance de leurs mouvements soit accrue afin que “leurs convictions extrémistes n’influencent pas les autres, avec la propagation d’idées subversives dans le but de commettre un crime”.

à lire aussi

Si la question des femmes et enfants de jihadistes est restée jusque-là marginale, le Maroc avait déjà procédé, en mars dernier, au rapatriement de huit de ses ressortissants présents dans les zones de conflits syriennes. Une opération qui revêtait un caractère humanitaire, avait souligné le ministère de l’Intérieur dans un communiqué. Une initiative saluée par le département d’Etat américain : “Les actions du Maroc devraient encourager d’autres pays à rapatrier et à poursuivre leurs citoyens qui ont voyagé pour combattre auprès du groupe dit Etat islamique”.

Les ressortissants marocains qui rentrent au pays sont arrêtés et peuvent écoper de peines allant de 10 à 15 ans de prison. Ils seraient déjà plus de 200 “revenants” à avoir été, jusque-là, interpellés et traduits devant la justice à la mi-2018, selon des chiffres officiels.

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

Exclu Qitab : "L’Idéologie Arabe Contemporaine", Abdallah Laroui réédité