Le nouvel exécutif algérien s'attaque à l'ouverture du consulat des Comores à Laâyoune

Le ministère des Affaires étrangères algérien a immédiatement réagi à l’ouverture de la première représentation africaine dans les Provinces du sud, qualifiant cet acte de “mesure de gravité exceptionnelle”.

Par

Inauguration du consulat des îles Comores à Laâyoune, mercredi 18 décembre. Crédit: MAECI/Facebook

Le temps de latence n’a pas eu lieu. Alors que le Maroc inaugurait sa première représentation diplomatique dans les Provinces du sud, avec l’ouverture en grande pompe du consulat des îles Comores à Laâyoune, mercredi 18 décembre, l’Algérie a annoncé avoir pris connaissance “avec grande surprise” de cette décision, la qualifiant de “mesure d’une gravité exceptionnelle”.

“Une violation flagrante des normes du droit international”

Dans un communiqué publié jeudi 19 décembre dans la soirée et relayé par l’agence officielle APS, le ministère des Affaires étrangères algérien évoque une décision représentant “atteinte aux règles et principes qui doivent régir les relations africaines”. Une ouverture que la même source considère également comme “une violation flagrante des normes du droit international telles que rappelées à maintes reprises par les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale des Nations unies relatives à la question du Sahara”. Alors que le nouveau président algérien…

article suivant

Republication des caricatures du prophète : petit nœud ou véritable tension entre le Maroc et la France ?