IPTV, bienvenue chez les Robins des "boxs"

En septembre dernier, le monde du piratage par IPTV (Internet Protocol Television) a été secoué suite au démantèlement d’un vaste réseau européen. Une secousse tellurique qui n’a pas touché le Maroc, où ce business illégal est toujours juteux.

Par

Avec la généralisation de la Smart TV, l’IPTV est devenu l’un des produits phares de Derb Ghallef. Crédit: YASSINE TOUMI/TELQUEL

Le 18 septembre dernier, une vague de panique s’emparait de Derb Ghallef. Au cœur de La Mecque du piratage informatique casablancais, les vendeurs ont dû faire face à une crise qui a touché l’un de leurs produits phares: l’IPTV. Dans la journée, la police judiciaire italienne annonçait le démantèlement du réseau de diffusion pirate XTream Codes, dont le chiffre d’affaires est estimé à 60 millions d’euros et le nombre d’utilisateurs à 50 millions, parmi lesquels nombre de foyers marocains. Une véritable crise des “miroirs noirs”, qui n’a cependant affecté les utilisateurs d’IPTV que durant quelques jours. Car après l’interpellation de certains diffuseurs du réseau, l’hydre Xtream a refait surface, permettant ainsi une reprise de la diffusion piratée. Un business illégal et juteux, dont les Marocains ont su tirer profit.

Quand le partage est roi

article suivant

13 août : 28 morts et 1.261 nouveau cas de contamination au coronavirus