Femmes dans la tourmente du siècle, la saga de Joumana Haddad

Parution. Dans une virtuose saga familiale, Joumana Haddad raconte au féminin 
les déchirements de l’ancien empire ottoman.

Par

Qayah, Qana, Qadar et Qamar. Quatre générations de femmes entre l’Arménie, la Palestine, le Liban, la Syrie et la Turquie. Quatre femmes, tour à tour filles et mères. Quatre femmes traversant un siècle de guerres, de génocides et de déchirements fratricides, de 1915 à 2015.

Le livre des reines
, Joumana Haddad, traduit de l’anglais 
par Arnaud Bihel
, Jacqueline Chambon, 272 p., 280 DH
Qayah Sarrafian, à la chevelure d’un roux flamboyant, assiste à l’âge de trois ans au meurtre de son père lors du déclenchement du génocide arménien et est jetée sur la route. Elle ne portera plus jamais de rose, devenu “la couleur des larmes”. Sa fille, la belle Qana Barakat, aux cheveux noirs bleutés, grandit réfugiée, dans le silence sur ces atrocités, puis devra affronter les regards condescendants sur sa condition modeste et porter matériellement sa famille que son époux n’assume pas. Sa fille Qadar Barsom, rousse elle aussi, devenue…

article suivant

La wilaya de Casablanca appelle les entreprises du secteur privé à privilégier le télétravail