#3emmiAkhannouch : quand une vidéo défendant le patron du RNI amuse la Toile

La vidéo d’une femme expliquant à un garçon que Aziz Akhannouch, le président du RNI, n’est pas un “vilain” fait le buzz sur les réseaux sociaux depuis quelques jours, au point de lancer le hashtag “3emmi Akhannouch” (tonton Akhannouch).

Par

“Non, mon fils, ce ne sont que des mensonges sur tonton Akhannouch” Crédit: Capture d'écran

Maman, sur mon chemin vers l’école, une femme m’a croisé et m’a dit que Akhannouch a raison de dire que les Marocains sont mal éduqués. Est-ce qu’il a vraiment dit ça ?

Non, mon fils, ce ne sont que des mensonges sur tonton Akhannouch”. Voilà en substance le contenu du dialogue entre Hanane Ghazil, une membre du parti RNI, et un garçon, sur une vidéo qui a fait jaser les réseaux sociaux ces trois derniers jours.

Avant qu’elle ne prenne la défense du président de son parti, en précisant qu’il n’a pas généralisé en demandant à rééduquer les Marocains, Hanane Ghazil, responsable de la Fédération nationale des femmes RNIstes de la région Beni Mellal-Khenifra, a filmé cette mise en scène où elle discute avec un enfant, en lui affirmant que son “oncle” Akhannouch ne fait pas partie des vilains politiciens.

Il n’en fallait pas plus aux twittos pour se lâcher. Un hashtag a même été lancé : #3emmiAkhannouch (tonton Akhannouch), et les détracteurs du président du RNI ont lancé le bal des déclinaisons dans des tweets inspirés.

Contactée par TelQuel, une source autorisée nous explique que la vidéo n’est pas une idée du département communication du RNI, mais une initiative personnelle de la militante Hanane Ghazil, qui a voulu bien faire en défendant son président qui a grandement été critiqué depuis ses dernières déclarations concernant le manque d’éducation des Marocains. Une initiative “saluée” par le reste du parti, mais qui nécessitait du conseil pour espérer un meilleur impact, ajoute la même source.

Le hashtag humoristique a par ailleurs été repris, loin de tout second degré, par les sympathisants du parti de la colombe pour faire valoir les réalisations de Aziz Akhannouch.

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

Détournement de fonds : Ahmad Ahmad, le patron du foot africain, suspendu 5 ans