LGV, délocalisation, relations bilatérales… Edouard Philippe et El Othmani rassurent

Lors d’un point de presse tenu ce 19 décembre à Paris, en marge de la 14e Rencontre de haut niveau France-Maroc, Saâd Eddine El Othmani et Edouard Philippe ont évoqué l’état des relations bilatérales entre la France et le Maroc et le projet d’extension de la LGV, entre autres.

Par

Saâd Eddine El Othmani et son homologue français Edouard Philippe, juste avant le meeting prévu à l'hôtel Matignon. Crédit: AFP

Les relations entre la France et le Maroc sont “excellentes”, ont indiqué le chef du gouvernement Saâd Eddine El Othmani et le Premier ministre français Edouard Philippe, ce jeudi 19 décembre, à Paris, lors d’un point de presse tenu en marge de la 14e Rencontre de haut niveau France-Maroc.

Répondant à une question de l’AFP sur “les tensions ou malentendus” entre les deux pays dont la presse marocaine “s’est fait l’écho” ces derniers mois, El Othmani s’est montré rassurant. “Entre nous deux, les dirigeants, il n’y a pas de malentendu parce qu’on a bien compris l’enjeu de ces chantiers, importants pour les deux pays”, a indiqué le chef du gouvernement marocain, en référence notamment au projet de la LGV. “Il n’y a pas d’inquiétude”, a-t-il encore fait savoir.

Quelques minutes avant, El Othmani avait déjà souligné dans son intervention l’importance des “bonnes relations qui existent entre les deux pays”. Des relations qui, selon lui, sont “excellentes même, équilibrées et qui s’inscrivent dans un cadre de respect mutuel”. Et de poursuivre : “Je voudrais profiter de cette occasion pour remercier mon ami le Premier ministre français […] pour l’accueil chaleureux qui nous a été réservé, et le très grand intérêt accordé à cette réunion de haut niveau dans des circonstances où nous savons à quel point le Premier ministre est occupé en France ces jours-ci.

“Atmosphère amicale”

Est-ce que vous avez pu rassurer votre homologue marocain sur les questions de délocalisation ou relocalisation d’entreprises automobiles qui semblaient avoir suscité beaucoup d’inquiétudes au Maroc ?”, a aussi demandé l’AFP à Edouard Philippe. Pour rappel, le ministre français de l’Economie Bruno Le Maire avait appelé, le 2 décembre dernier, les constructeurs et sous-traitants automobiles hexagonaux à considérer la relocalisation de leurs usines étrangères.

à lire aussi

Aujourd’hui, le Premier ministre français n’a répondu que partiellement à la question. “Vous avez dit en langue arabe […] que les relations entre les deux pays étaient excellentes et vous l’avez dit deux fois. Je n’ai rien à corriger, à enlever ou ajouter dans cette déclaration. Les relations sont excellentes. L’atmosphère qui a prévalu pendant nos réunions ce matin était détendue et amicale. Je n’y ai perçu aucune inquiétude”, a-t-il d’abord estimé, s’adressant à Saâd Eddine El Othmani. “Il y avait au contraire la volonté de travailler comme on travaille avec des amis, avec les membres d’un gouvernement qui doivent traiter ensemble des sujets d’intérêt commun”, a-t-il ajouté.

Pendant le point de presse, le Premier ministre français a rappelé que la France était “évidemment le premier partenaire économique du Maroc”, et que “cela se traduit en particulier dans l’organisation même des chaînes de production de nos grandes entreprises qui sont étroitement imbriquées entre nos deux pays”. Selon lui, plus de 900 filiales d’entreprises françaises sont installées au Maroc et génèrent près de 120 000 emplois. “Avec des filières plus compétitives, je crois que nous sommes en mesure de gagner plus de parts de marché et d’en apporter les bénéfices des deux côtés de la Méditerranée.

La LGV, une “réussite”

Inaugurée en novembre 2018 par Mohammed VI et Emmanuel Macron, la LGV entre Tanger et Casablanca était au centre des discussions entre les deux chefs de gouvernements marocain et français. Le projet d’extension de cette ligne, pour relier Marrakech et Agadir, a bel et bien été évoqué. “On a insisté sur l’importance de cette coopération en matière de TGV, entre Tanger et Casablanca, qui est une réussite. Ça veut dire que la coopération est réussie. Et on est très confiant pour l’avenir”, a d’abord fait savoir El Othmani.

Edouard Philippe a indiqué qu’une “déclaration d’intention” a été signée, ce 19 décembre au matin, dans le domaine du transport avec comme objectif de “développer la coopération dans le domaine du transport ferroviaire”. Pour le Premier ministre français, la LGV est “un sujet emblématique” du partenariat entre les deux pays, “un an après l’inauguration de la première ligne à grande vitesse du continent africain entre Tanger et Rabat”. “Vous m’avez dit, Monsieur le chef du gouvernement, combien cette ligne fonctionnait bien, qu’elle était bien desservie, avec une qualité de service remarquable. Nous nous en réjouissons, bien entendu”, a-t-il ajouté, sans donner plus de détails.

Selon Edouard Philippe, la visite d’Etat du Président français au Maroc devrait se tenir en février prochain. Pour El Othmani, cette visite “sera l’occasion de porter les relations bilatérales à un niveau d’excellence encore meilleur”.

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

Le plaidoyer d’Ahmed Reda Chami pour renforcer la classe moyenne