Le Maroc présidera l'Union des conseils économiques et sociaux africains

Le 18 décembre, Ahmed Reda Chami a pris la tête de l’Union des conseils économiques et sociaux et institutions similaires d’Afrique (UCESA) pour un mandat de deux ans.

Par

Le président du CESE, Ahmed Reda Chami. Crédit: Rachid Tniouni/TELQUEL

Moins d’une semaine après avoir été nommé parmi les 35 membres de la Commission sur le nouveau modèle de développement, le président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Ahmed Reda Chami, a été élu à l’unanimité nouveau président de l’Union des conseils économiques et sociaux et institutions similaires d’Afrique (UCESA), lors de son assemblée générale qui s’est tenue le 18 décembre à Rabat.

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) assurera la présidence de l’Union pour la période 2019-2021. Ahmed Reda Chami succède ainsi à Boulkassoum Haidara, président du Conseil économique, social et culturel du Mali.

Passation de relais

Renforcer les dispositifs institutionnels et organisationnels de l’UCESA, la promotion d’un référentiel de normes et d’objectifs d’une charte sociale, favoriser la coopération et proposer des réponses aux conséquences du dérèglement climatique, tels sont les points sur lesquels le nouveau président souhaite mettre l’accent.

Pour sa part, le président sortant, Boulkassoum Haidara, s’est félicité de l’ouverture de l’Union à des institutions régionales et internationales à travers l’établissement de relations de partenariat avec des institutions telles que la CEDEAO et l’Union africaine.

Créée en 2001, l’UCESA regroupe les CES d’Afrique et représente le continent dans le conseil d’administration de l’Association internationale des conseils économiques et sociaux et institutions similaires (AICESIS). Son action se concentre essentiellement sur l’organisation de groupes de travail visant à réaliser des recommandations sur différentes thématiques.

(avec MAP)

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

Mauvaise gestion à la CAF : le contexte d’une fuite (1/5)