L'écrivain Lotfi Akalay n'est plus

L’écrivain Lotfi Akalay s’en est allé ce 18 décembre, l’occasion de revenir sur son palpitant parcours dans ce portrait publié dans le numéro 829 de TelQuel (du 19 au 25 octobre 2018).

Par

Tniouni

Entre Tanger et Lotfi Akalay, c’est une histoire d’amour. Faite d’élans fervents et de doutes récurrents, de transports amoureux et de crises lancinantes, d’inclination et de jalousie… Un corps-à-corps passionné et assumé par l’écrivain et chroniqueur. C’est bien simple, la presque totalité de l’œuvre de Lotfi Akalay tourne autour de Tanger. Dans son dernier recueil, Les Chaises de Tanger (à compte d’auteur, 2018), le trublion littéraire a choisi de donner vie, en photos et courts textes, aux sièges de la ville. Des chaises croisées de-ci de-là, au gré des paseos, à l’entrée d’immeubles, chez des commerçants, des coiffeurs ; des fauteuils de toutes les nationalités (Espagne, Angleterre…), d’époques diverses… Le résultat : un petit ovni qui ressemble autant à Tanger qu’au chroniqueur. “Lotfi, c’est d’abord un regard. Il voit ce que l’on ne voit pas”, dit son amie Christine Keyeux-Schnöller, qui a réalisé les photos sous son œil.

De la…

article suivant

Migration, plan économique... Le partenariat Maroc-UE au coeur d'une rencontre à Rabat