Medhi Benatia : "Au Maroc, mon nom servait à faire du buzz"

L’ancien capitaine des Lions de l’Atlas Medhi Benatia a annoncé sa retraite internationale après la Coupe d’Afrique des Nations 2019. Dans l’émission Vestiaire, sur la chaîne française RMC Sport, il explique son choix et revient sur quelques moments-clés de sa carrière.

Par

Morocco's defender Mehdi Benatia acknowledges fans during the Russia 2018 World Cup Group B football match between Portugal and Morocco at the Luzhniki Stadium in Moscow on June 20, 2018. (Photo by Yuri CORTEZ / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO MOBILE PUSH ALERTS/DOWNLOADS

Il [Vahid Halilhodzic, NDLR] m’a dit qu’il était intéressé par mes services et qu’il avait besoin de moi. Cela me fait d’ailleurs plaisir. Mais je lui ai expliqué que je ne pouvais plus continuer comme ça et écouter à chaque fois les mêmes histoires.” C’est ainsi que Medhi Benatia (62 sélections) a annoncé sa retraite internationale en octobre dernier à la chaîne qatarie beIN Sports.

Après une longue période de réflexion, le joueur d’Al Duhail au Qatar a fait l’annonce sans plus de détails sur les véritables raisons qui l’ont poussé à prendre cette décision.

Une dent contre la presse marocaine

Malheureusement, au Maroc, lors de ma période à moi, il n’y avait pas beaucoup de joueurs qui jouaient dans de grandes équipes donc à chaque fois qu’il fallait sortir quelque chose, mon nom était mis au milieu d’un article pour faire du buzz”, a confié Medhi Benatia sur le plateau de RMC Sport pour évoquer ses relations avec la presse marocaine, qui ont toujours été tendues. Pour l’ex-international marocain, il était automatiquement, aux yeux de l’opinion publique, premier responsable de tous les revers des Lions de l’Atlas.

Honnêtement, j’étais très fatigué mentalement avec la sélection. A chaque fois qu’on perdait un match, on entendait des ‘Benatia a fait l’équipe, c’est Benatia qui ramène tel joueur ou tel joueur’… Vous croyez qu’avec quelqu’un comme Hervé Renard, y’a un joueur qui va se permettre de pousser pour un autre joueur ? Moi, je n’ai jamais pris parti pour personne. Je me suis toujours contenté d’être là, à l’écoute si quelqu’un en avait besoin”, a poursuivi l’ex-capitaine des Lions qui souligne que l’actuel sélectionneur, Vahid Halilhodzic, a essayé de le convaincre de poursuivre sa carrière internationale.

à lire aussi

J’ai eu la chance d’avoir de grands capitaines, Totti, Lahm, Buffon, et je peux vous dire que capitaine n’était pas ma fonction en sélection. C’était devenu trop, et un peu pesant, de voir que tu n’as pas de remerciements, pas de fans, mais de la presse et des médias qui vont chercher plutôt des polémiques. Mais ma plus grosse fierté, c’est ma relation avec mes coéquipiers et coachs, c’était une relation de frères”, a martelé l’ex-joueur du Bayern Munich.

En énumérant ses souvenirs avec les Lions de l’Atlas, Benatia évoque la Coupe du Monde comme son meilleur moment avec la tunique rouge. Mais si son principal souci était les critiques de la presse, l’ancien défenseur central de la Juventus Turin affirme garder une très bonne relation avec le peuple marocain, au point de songer à finir sa vie au pays.

En tous cas, malgré tous mes soucis avec la presse, quand je me déplace au Maroc, il y a beaucoup d’amour. C’est peut-être là-bas que je finirai ma vie. C’est mon pays, et cette chaleur me fait plaisir”, a ajouté Benatia qui a eu droit à plusieurs témoignages de ses anciens coéquipiers en clubs et en sélection.

Des coéquipiers fidèles

Les témoignages recueillis par l’émission à l’occasion du passage de Medhi Benatia vont tous dans le même sens. Les stars saluent l’homme avant le joueur. Les Lions de l’Atlas ont rendu hommage au capitaine qui a remis son brassard après la dernière Coupe d’Afrique des Nations, avec des belles paroles pour la “séquence émotion” de l’émission. Hervé Renard, son ex-sélectionneur et ami, a également joué le jeu.

Je veux te remercier pour ton aide et tout ce que tu as apporté à la sélection marocaine, j’en garde des souvenirs fantastiques. J’aime l’homme qui est capable de dire les vérités. Félicitations ! Reste le même et ne change pas. Je t’embrasse. Choukran bezaf”, a déclaré l’actuel sélectionneur de l’Arabie Saoudite.

Younès Belhanda, l’un de ses plus proches coéquipiers en sélection, a également tenu à remercier son ex-capitaine pour sa carrière internationale avec les Lions, mais a surtout exprimé son souhait de le revoir dans un grand club, car sa carrière “est loin d’être terminée”.

Quant à Amine Harit, que Benatia avait pris sous son aile dès son arrivée en sélection en octobre 2017, il a également fait l’éloge de son “grand frère” : “Tu étais un exemple pour nous tous. Tu n’as pas joué dans tous ces grands clubs pour rien. Je te considère comme un grand frère et je le ferai toujours.” Même son de cloche du côté de Romain Saïss, son acolyte dans l’axe de la défense en équipe nationale, qui a rappelé que Benatia lui a beaucoup appris, surtout qu’il ne jouait pas à son poste de prédilection. M’bark Boussoufa n’est pas sorti du lot, remerciant “son frère qui a rendu fier tous les Marocains”.

Ses ex-coéquipiers en club ont également adressé un mot de remerciement à Benatia. Blaise Matuidi, De Rossi, Miralem Pjanic et un certain Cristiano Ronaldo ont tous dit du bien du “Maroqi” (le surnom donné par Ronaldo à Benatia). Ses anciens entraîneurs, Rudi Garcia, son coach à l’AS Rome, et Francesco Guidolin, l’homme qui lui a fait confiance à Udinese, ont aussi tenu à dire ce qu’ils pensent de l’invité du soir de RMC Sport.

Outre les stars du ballon rond, la famille de Benatia est également passée à l’écran du studio pour adresser un émouvant message au joueur d’Al Duhail qui fêtera en 2020 ses 33 ans.

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

Fin de la surveillance médicale pour les rapatriés de Wuhan