Après les propos d’Akhannouch, le RNI ne "renoncera pas à défendre les constantes du Maroc"

Une semaine après la sortie polémique de Aziz Akhannouch, où il appelait à la rééducation des Marocains qui insultent les institutions du pays, le RNI réagit. Réuni le 16 décembre, le bureau politique du parti a fait savoir qu’il ne “renoncerait pas à défendre les constantes du pays”, sans pour autant présenter des excuses.

Par

Le Rassemblement national des indépendants. Crédit: RNI

Le Rassemblement national des indépendants (RNI) réagit enfin à la polémique suscitée par les propos de son président prononcés lors d’un meeting partisan le 7 décembre dernier à Milan.

Celui qui croit qu’il peut venir insulter les institutions du pays n’a pas sa place au Maroc. Qui veut [vivre] au Maroc doit respecter sa devise et sa démocratie. Les insultes ne nous feront pas avancer. Et excusez-moi, mais ce n’est pas la justice qui doit faire ce travail. […] Nous devons rééduquer les Marocains qui manquent d’éducation”, avait alors estimé Aziz Akhannouch.

à lire aussi

Une intervention qui fait écho notamment à l’arrestation du youtubeur marocain Moul Kaskita, poursuivi pour “implication présumée dans le délit d’injures publiques à l’égard d’individus” et “outrage aux institutions constitutionnelles”, entre autres.

Le RNI persiste et signe

Le bureau politique […] affirme qu’il ne restera pas sans rien faire face à des comportements déviants sous prétexte qu’il s’agit d’un nouveau type d’expression”, indique le parti dans un communiqué diffusé ce mardi 17 décembre. “L’expression fait partie des droits de l’Homme qui sont garantis par la Constitution, la loi et les coutumes. Le blasphème, la calomnie et l’incitation n’ont toutefois jamais été des formes d’expression”, poursuit le document.

Le bureau politique du parti affirme aussi qu’il “ne renoncera jamais à défendre les constantes et les institutions et restera fidèle à ses principes, valeurs et identité”.

Le bureau politique du RNI ajoute que les constantes du pays seront toujours “au-dessus de toute considération” et qu’il “refuse de classer les mots bas et le vocabulaire insultant qui touchent aux constantes nationales, dans la catégorie des expressions populaires qui doivent être écoutées et traitées”. Pour le parti d’Akhannouch, c’est une “responsabilité collective” qui ne doit pas se limiter au pouvoir judiciaire.

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

1er décembre : 69 décès et 3 508 nouveaux cas de contamination au coronavirus