Le voleur philosophe d'Albert Cossery

Parution. Tarik éditions réédite le dernier livre de l’Égyptien Albert Cossery. Dans ce bref et croustillant récit, paru en 1999, il livre un portrait au vitriol d’une société gangrenée par le vol et l’escroquerie.

Par

Dans les quartiers huppés du Caire, Ossama, habillé en dandy, soulage les riches passants de leurs portefeuilles bien garnis – mieux que ceux des pauvres.

Les couleurs 
de l’infamie
Albert Cossery, 
Tarik éditions, 
136 p., 65 DHCrédit: DR
Ce “modeste voleur aux revenus aléatoires”, lucide sur le fait qu’il ne saurait se comparer à “un voleur légaliste tel que ministre, banquier, affairiste, spéculateur ou promoteur immobilier”, soigne sa mise pour sa sécurité, puisque “personne n’ignore que les pauvres sont capables de tout”, et estime que ses modestes larcins ne sont “qu’une minime récupération sur les sommes fabuleuses que ces criminels sans scrupules entassaient au mépris de la misère du peuple”. Dans un de ces portefeuilles, il découvre une lettre prouvant la responsabilité d’Atef Suleyman, un promoteur immobilier sans scrupules, dans la mort d’une cinquantaine de personnes dans…
article suivant

Harcèlement sexuel à l’université de Meknès : échantillon d’un système qui peine à protéger les étudiantes