Travailleurs marocains à l'étranger : le ministère dévoile les chiffres de 2019

Selon le ministère du Travail et de l’insertion professionnelle, 22 000 travailleurs marocains ont été embauchés en 2019 pour des contrats de travail à l’étranger.

Par

Femmes travaillant dans un champ de fraise à Huelva. Crédit: AFP

Le 9 décembre, lors de la séance de questions orales à la Chambre des représentants, le ministre du Travail et de l’insertion professionnelle, Mohamed Amekraz, a dévoilé les chiffres concernant l’emploi des Marocains à l’étranger au titre de l’année 2019. Au total, ce sont plus de 22 000 travailleurs marocains qui ont été embauchés pour des contrats de travail à l’étranger en cette année.

Durant son intervention, le ministre a précisé que l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC) a traité plusieurs offres d’emploi, permettant l’insertion de près de 15 000 travailleurs. Selon la même source, 98 % de ces travailleurs à l’étranger sont saisonniers et exercent majoritairement en Espagne. Une poignée exerce également au Canada, aux Emirats arabes unis, au Qatar, en France et en Allemagne.

Les principaux secteurs d’activité relevés par le ministère sont l’agriculture, la grande distribution, l’hôtellerie, la restauration, le commerce, l’industrie, l’enseignement et la coiffure.

D’autre part, les chiffres de l’Office français de l’immigration et de l’intégration révèlent que sur les 7820 Marocains qui ont immigré en France en 2019, près de 6000 sont des travailleurs saisonniers et 1529 sont des migrants économiques.

Concernant la fuite des cerveaux, le ministre argue que l’enjeu n’est pas spécifique au Maroc. Pour lui, la migration des compétences fait partie des problématiques internationales contemporaines, dont souffrent également plusieurs pays européens, y compris la France.

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

Chronique d'un confinement. Jour 19.