Après sa marche arrière, le Lesotho réaffirme sa neutralité sur le dossier du Sahara

Dans un communiqué diffusé le 10 décembre, le Lesotho affirme avoir adopté une position “neutre” sur le dossier du Sahara. Une annonce conforme au contenu d’une note verbale datant du 4 octobre qui avait été pourtant démentie par le gouvernement lesothien quelques jours plus tard. 

Par

Le ministre des Affaires étrangères lesothien, Lesego Calayl Makghoti, et son homologue marocain, Nasser Bourita.

Nouveau revirement dans les relations Maroc-Lesotho. Dans un communiqué diffusé le 10 décembre par la primature lesothienne, le royaume d’Afrique australe évoque sa position sur le Sahara qui avait fait l’objet d’un couac diplomatique entre Rabat et Maseru au mois de novembre. Dans cette communication, qui intervient après une rencontre entre le ministre des Affaires étrangères lesothien, Lesego Calayl Makghoti, et son homologue marocain, Nasser Bourita, le Lesotho affirme adopter une position “neutre” sur le dossier du Sahara.

à lire aussi

L’affirmation de cette position a eu lieu suite à un “dialogue [entre l’envoyé spécial du Premier ministre et le ministre marocain des Affaires étrangères, NDLR] qui a permis d’avoir une compréhension plus profonde” du dossier du Sahara. Dans cette communication, le “Royaume dans le ciel” affirme qu’il soutiendra “activement le processus onusien en tant que cadre multilatéral permettant de trouver une solution réaliste, réalisable et durable” au dossier du Sahara. Cette nouvelle position, indique le communiqué, sera transmise “à la SADC [la communauté économique regroupant 16 pays d’Afrique australe, NDLR], à l’Union africaine et sera appliquée à l’ensemble des forums régionaux et internationaux”.

Simple “malentendu”

Dans ce communiqué, le représentant du gouvernement lesothien affirme également que cette décision est en accord avec une note verbale datant du 4 octobre portant sur le sujet. Un document dont le contenu avait fuité et dans lequel le pays d’Afrique australe avait déjà annoncé son changement de position, mais qui avait fait l’objet d’un démenti émanant du gouvernement lesothien. Dans une communication du porte-parolat du gouvernement, vivement critique envers le Maroc, Maseru affirmait prendre “prendre note de la publication irrégulière d’une communication diplomatique confidentielle d’Etat à Etat” et faisait part de “sa profonde désapprobation à l’égard de cette conduite, peu diplomatique”.

Le Lesotho affirmait également “exprimé au Maroc et à la RASD le soutien continu et inconditionnel au retrait total du Maroc des territoires sahraouis qu’il occupe actuellement”, tout en témoignant de son “respect pour l’autodétermination et l’intégrité territoriale de la RASD et ses habitants” ainsi que “son attachement à la position de la SADC et de l’Union africaine, qui appellent de manière univoque à l’indépendance des Sahraouis”. Au sujet de cette communication à sens contraire, l’envoyé spécial du Premier ministre du Lesotho affirme qu’il s’agit d’un “malentendu”.

Ce revirement du Lesotho n’est pas sans rappeler les tergiversations de la Zambie quant à sa position dans le dossier du Sahara. Le ministère des Affaires étrangères zambien avait, pendant plusieurs mois, alterné courant chaud et froid quant à un éventuel retrait de sa reconnaissance à la RASD. “La Zambie avait déjà gelé sa reconnaissance de la RASD en 2011, avant de revenir sur sa décision en 2013. Puis inversé la cadence en 2016. Et encore une fois, dans les faits, en 2017”, rappelait-on en février 2017.

Coopération renforcée

Avec ce revirement diplomatique, le Maroc et le Lesotho semblent disposés à coopérer. En effet, la communication de l’envoyé spécial de la primature lesothienne affirme que les deux pays ont fait part de leur détermination à “développer et améliorer” leur relation sur des domaines tels que “l’agriculture, l’éducation, l’eau, la santé, la formation de diplomate et la coopération militaire”. Cette volonté de coopérer devrait se matérialiser par la signature d’accords par les deux ministères des Affaires étrangères, indique la même source. Les deux pays ont également annoncé leur intention d’ouvrir des ambassades à Rabat et à Maseru “prochainement”.

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

7 juin, 10h: 26 nouveaux cas depuis hier 18h, 8177 cas au total