Pour Akhannouch, certains Marocains doivent être "rééduqués"

Ce 7 décembre à Milan, le patron du Rassemblement national des indépendants, Aziz Akhannouch, a estimé qu’il fallait “rééduquer les Marocains qui manquent d’éducation”.

Par

Aziz Akhannouch était à Milan pour le Congrès des Marocains du monde. Crédit: RNI

Le président du Rassemblement national des indépendants (RNI), Aziz Akhannouch, était à Milan ce 7 décembre pour faire campagne auprès des Marocains résidant en Europe. Accompagné de plusieurs membres du bureau politique de son parti, dont Moulay Hafid Elalamy, il a adressé un discours à ses partisans, en rendant d’abord hommage aux MRE.

Je suis très heureux d’être parmi vous aujourd’hui. Nous avons entendu la société civile, les journalistes et les personnes qui militent à l’intérieur du parti pour que celui-ci ait la place qu’il mérite en Italie. Vous êtes une fierté”, a-t-il d’abord déclaré. Avant de saluer leur “sens du patriotisme”, leur “travail” ainsi que leur “attachement aux valeurs de la nation”.

كلمة عزيز أخنوش خلال لقاء ميلان

كلمة عزيز أخنوش، رئيس حزب التجمع الوطني للأحرار، أمام مناضلات ومناضلي الحزب خلال لقاء مغاربة العالم المنعقد صباح يوم السبت بمدينة ميلان الإيطالية. اللقاء الذي حضره حوالي 1000 مشاركة ومشارك من أبناء الجالية المغربية المقيمة بالديار الإيطالية، عرف حضور وزراء وأعضاء من المكتب السياسي إلى جانب ممثلين عن « جهة مغاربة العالم ـ الجهة 13 » من دول أخرى.#دينامية_الأحرار#مسار_الثقة

Publiée par ‎حزب التجمع الوطني للأحرار -Rassemblement National des Indépendants -RNI‎ sur Samedi 7 décembre 2019

Je salue ceux qui veulent revenir travailler au Maroc. Nous sommes Marocains et nous le resterons toujours. Un jour, vous reviendrez dans votre pays pour le servir. La nouvelle génération [d’immigrés marocains, ndlr], est très attachée au pays, même si elle n’y vient pas souvent », a-t-il poursuivi.

Pour le ministre de l’Agriculture, “aucune surenchère n’est possible quand on parle des valeurs du pays”. “Il n’y a qu’Allah, la patrie et le roi”, a-t-il insisté, sous les applaudissements des militants.

Celui qui croit qu’il peut venir insulter les institutions du pays n’a pas sa place au Maroc. Qui veut [vivre] au Maroc doit respecter sa devise et sa démocratie. Les insultes ne nous feront pas avancer. Et excusez-moi, mais ce n’est pas la justice qui doit faire ce travail. […] Nous devons rééduquer les Marocains qui manquent d’éducation. Le roi nous unit”, a-t-il ajouté.

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

Détournement de fonds : Ahmad Ahmad, le patron du foot africain, suspendu 5 ans