PAM – PJD: frères ennemis deviendront-ils intimes?

L’élection de Fatima El Hassani comme présidente PAM de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma a donné lieu à une entente peu commune entre deux partis historiquement ennemis. Assistons-nous aux prémices d’une alliance entre le PAM et le PJD pour les législatives de 2021 ?

Par

Abdellatif Ouahbi, Saâd-Eddine El Othmani et Mustapha Ramid, en décembre 2019. Crédit: Rachid Tniouni/Telquel

Le 28 octobre dernier, Fatima El Hassani, du Parti authenticité et modernité (PAM), est élue à l’unanimité à la tête du conseil de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma. Elle succède ainsi à Ilyas El Omari, qui aurait abandonné ce poste pour des “raisons de santé”. Quelques instants avant la tenue de la séance de vote, Saïd Khairoun, du Parti de la justice et du développement (PJD), a annoncé publiquement le retrait de sa candidature, résultat d’une entente entre deux partis qui, quelques jours auparavant, entretenaient “une guerre déclarée” depuis la création du PAM en 2008.

Un arrangement politique

“Nous avons proposé au PJD de rejoindre la majorité et de faire partie du conseil de la région, sous la présidence de Fatima El Hassani, et il a accepté”

Abdellatif Ouahbi, bureau politique, PAM
La région connaissait une crise à…
article suivant

Expo 2020 Dubaï : le Maroc annonce les grandes lignes de sa programmation