Le CRI de la région Casablanca-Settat tient son premier conseil d’administration

Quelques mois après l’entrée en vigueur de la réforme des Centres régionaux d’investissement, le CRI Casablanca-Settat a tenu le 4 décembre son premier conseil d’administration.

Par

Un centre régional d'investissement (CRI) Crédits / DR Crédit: DR

Dix mois après l’entrée en vigueur de la loi 47-18 sur la réforme des Centres régionaux d’investissement (CRI), le CRI de la région Casablanca-Settat a tenu, mercredi 4 décembre, son premier conseil d’administration.

Le président du conseil d’administration et wali de la région Casablanca-Settat, Saïd Ahmiddouch, a démarré les travaux de ce premier conseil en rappelant l’importance de l’investissement en tant que moteur de développement de la région, ainsi que les grands axes de la réforme des CRI, conformément aux hautes instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste”, peut-on lire dans le communiqué du CRI.

à lire aussi

Salmane Belayachi, le nouveau directeur du CRI Casablanca-Settat nommé en conseil de gouvernement le 7 novembre dernier, a quant à lui présenté les nouvelles missions du CRI en tant que guichet unique dédié à l’investisseur et orienté client. Et ce à travers une nouvelle organisation autour de deux pôles : pôle la Maison de l’investisseur et pôle Impulsion économique et offre territoriale.

Selon le communiqué, la présentation de Salmane Belayachi a porté également sur la mise en place de la “Commission régionale unifiée d’investissement”, nouvel organe qui fusionne et remplace toutes les commissions régionales existantes.

La commission est chargée de concertation, de décision et de coordination de l’action des administrations compétentes en matière d’investissement. Une nouvelle plateforme digitale “CRI Invest” sera également lancée, plus d’efficacité dans le traitement des dossiers d’investissement.

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

Chronique d'un confinement. Jour 19.