Affaire Touria : le semsar condamné à cinq ans de prison

Le semsar (intermédiaire) apparu dans une vidéo devenue virale en novembre, négociant une réduction de peine pour une femme nommée Touria, a été condamné à cinq ans de prison ferme.

Par

Le semsar. Crédit: Capture d’écran

Le tribunal de première instance d’Ain Sebaâ a condamné le “semsar des tribunaux” à cinq ans de prison ferme et 5 000 dirhams d’amende. Cet “intermédiaire” avait suscité, mi-novembre, une vague d’indignation sur le web, après être apparu dans une vidéo où il négociait une réduction de peine pour une femme dénommée Touria.

à lire aussi

Le même tribunal a condamné un policier et un autre fonctionnaire de police à quatre mois de prison chacun. Un autre homme présenté comme “l’ami” du principal accusé a été condamné à trois ans de prison ferme et une amende de 9 000 dirhams. Les quatre prévenus étaient poursuivis pour des délits “d’escroquerie, d’usurpation d’identité et de collusion pour échapper à l’enquête et à l’arrestation”.

Dans la vidéo, l’homme qui parlait au téléphone à bord d’une voiture semblait négocier avec les filles d’une femme du nom de Touria, détenue dans une prison à Casablanca, le prix à payer pour que celle-ci bénéficie d’une réduction de peine. “Vous allez voir. Le jugement sera prononcé entre 14 heures et 14 heures 30. On voulait la condamner à huit mois, mais j’ai pu limiter la peine à deux mois”, assurait-il à l’une des filles de Touria dans cette vidéo rendue publique le 14 novembre. Dès le lendemain, le procureur du roi près le tribunal de première instance de Casablanca annonçait l’arrestation du semsar. L’homme faisait déjà l’objet de deux mandats de recherche nationaux pour son implication dans une affaire d’escroquerie.

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

Fin de la surveillance médicale pour les rapatriés de Wuhan