Une chanson pas si douce

Le long-métrage ‘Chanson douce’, adapté du roman 
éponyme de l’auteure franco-marocaine Leïla Slimani, raconte l’histoire glaçante de l’arrivée d’une nourrice aux idées sadiques au sein d’une famille parisienne.

Par

Louise, interprétée par Karin Viard, est un personnage profondément angoissant. Sa mentalité malsaine se dévoile petit à petit au fil des moments passés avec les enfants dont elle a la garde. Crédit: DR

Par Margaux Mazellier

Le roman de Leïla Slimani, Chanson douce, avait été l’évènement littéraire de la rentrée 2016. Un roman angoissant qui racontait l’arrivée de la nourrice idéale chez un couple de jeunes parents et de leur descente aux enfers qui les conduira jusqu’à l’issue la plus insoutenable. Trois ans plus tard, la réalisatrice Lucie Borleteau, aidée du scénariste Jérémie Elkaïm, ont décidé d’adapter ce drame familial et social au cinéma, sorti en salles le 27 novembre en France. Dans le onzième arrondissement de Paris, Myriam, interprétée par Leila Behkti, et Paul, interprété par Antoine Reinartz, vivent avec leurs deux enfants en bas âge, Mila et Adam. Le couple décide d’engager une nourrice pour que la mère puisse reprendre son travail d’avocate. Après de nombreux entretiens infructueux, ils embauchent finalement Louise, une nounou à l’allure un peu vieillotte mais très expérimentée. Elle est presque parfaite, douce et entièrement dévouée à leur famille….

article suivant

Au large de Dakhla, l’israélien Ratio Petroleum Energy cherche du pétrole et du gaz