Services des urgences : le rappel à l'ordre du ministre de la Santé

Dans une circulaire datée du 20 novembre, le ministre de la Santé rappelle les responsables de son département à l’ordre quant à l’obligation des patients admis au niveau des services des urgences de s’acquitter des frais de soins avant leur prise en charge médicale.

Par

Yassine Toumi/ Telquel

Le ministre de la Santé fait un geste de premier secours aux patients admis aux services des urgences. Dans une circulaire adressée le 20 novembre aux directeurs des CHU, aux directeurs régionaux de la Santé, ainsi qu’aux directeurs des centres hospitaliers provinciaux et régionaux, Khalid Ait Taleb interdit aux hôpitaux d’obliger les patients, admis au niveau des services d’accueil des urgences, à régler les frais des soins à l’admission et avant la prise en charge médicale.

Il s’agit d’un rappel à l’ordre puisque la circulaire fait référence à la décision ministérielle n°456.11 du 6 juillet 2010 portant sur le règlement intérieur des hôpitaux. L’article 42 de ladite décision précise que “la procédure de facturation n’est entamée [au niveau des services d’accueil des urgences, NDLR] qu’après engagement de la prise en charge médicale”. Ces derniers ne sont donc amenés à payer les frais des prestations qu’ils ont reçues qu’“avant leur sortie de l’établissement sanitaire”, comme mentionné dans l’article 43 de la décision.

La circulaire du ministre de la Santé pointe également l’absence des services d’accueil et de renseignement au niveau des services des urgences. “Les cas urgents ne doivent plus rester perdus entre les services administratifs et les salles de soins. Il faut prendre en considération le facteur temps dans la prise en charge de ces cas”, spécifie la circulaire.

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

Sélection culturelle de confinement: Nabil Benabdellah