Espace public : L'art comme ça se prononce

Avec l’appui de l’ONCF, Mohamed Elbaz et Hassan Darsi réalisent deux sculptures monumentales à Rabat-Agdal et Casa-Voyageurs inaugurées le 20 novembre. Placées sous le thème “L’art et le voyage”, participeront-elles à faire bouger la culture urbaine au Maroc ? Récit d’une épopée.

Par

A la gare de Rabat-Agdal, Mohamed Elbaz propose une carte du Maroc, découpée selon 12 régions et renversée à l'horizontale. Crédit: DR

Deux cérébraux-agitateurs doux comme l’orage, fins comme l’ouragan. Ils ne savent pas forcément où ils vont, mais ils y vont. Ils ne marchent pas, ils évoluent. A chacune de leurs respectives apparitions, c’est une réjouissance. Ils sont le croissant qui guette la pleine lune juste pour lui dire : “Nous étions là avant toi”. Ils font de l’art comme ça se prononce, sont dans la prière et jamais dans l’ordre. Ici, ils s’inscrivent dans un aller-retour qui se joue de toutes les règles, conceptuellement et géographiquement. L’un choisit le bois pour flirter avec l’Afrique, l’autre tord le fer pour pinailler avec le Maroc. L’un titille la gare Casa-Voyageurs, l’autre charrie en contre-plongée celle de Rabat-Agdal.

L’art à la gare

Hassan Darsi et Mohamed Elbaz se connaissent depuis quinze ans et s’entendent comme cul et chemise. Pour ces nouvelles créations, ils quittent…

article suivant

La peur est la pire des maladies