Hicham Ayouch: “La révolution sera sexuelle ou ne sera pas”

YASSINE TOUMI/TELQUEL

Smyet bak?

Noureddine.

Smyet mok?

Michèle.

Nimirou d’la carte?

PS803927. Je le connais par cœur parce que j’ai beaucoup galéré pour refaire ma carte nationale. J’ai fait le tour des tribunaux et des mouqataâte, ça a duré six mois, j’ai failli me battre avec un fonctionnaire tant je n’en pouvais plus… C’était ubuesque.

On vous a connu réalisateur et voilà qu’aujourd’hui vous faites de la musique. Le son, c’est votre nouvelle lubie?

Pas du tout, c’est avant tout une passion. Quand j’étais petit, je voulais être journaliste sportif et je l’ai fait. Ça ma vite saoulé de dire “Pierre passe le ballon à Jacques”, alors j’ai fait du documentaire et du cinéma. Et comme ça fait longtemps que j’ai envie de faire de la musique et de chanter, j’ai suivi mon intuition.

Les Barons de Baltimore, votre groupe de musique, sort son premier album le 28 novembre, que nous avons eu l’occasion d’écouter en avant-première. Le son n’est pas mal, mais les textes sont plutôt rudimentaires…

Hicham Ayouch
“Je n’ai pas…

article suivant

Détournement de fonds : Ahmad Ahmad, le patron du foot africain, suspendu 5 ans