MGPAP, une impunité difficile à justifier

Abdelmoula Abdelmoumni s’est maintenu à son poste pendant dix ans, alors que les ministres de l’Economie et de l’Emploi, autorités de tutelle, étaient informées sur ses pratiques à la tête de la MGPAP. Une impunité difficile à justifier.

Par , et

telquel

Le 18 octobre 2011, le ministre des Finances, Salaheddine Mezouar, adresse une correspondance à Jamal Rhmani, ministre de l’Emploi, pour lui faire part de la situation irrégulière du conseil d’administration de la MGPAP. Dans cette missive, dont TelQuel détient copie, Mezouar demande que soit appliqué l’article 26 du dahir sur la mutualité, à savoir la dissolution du conseil d’administration et la nomination d’ “un ou plusieurs administrateurs provisoires qui doivent provoquer de nouvelles élections dans un délai de trois mois”.

Les ministres des Finances, Nizar Baraka et Mohamed Boussaïd, n’ont jamais donné suite aux demandes de dissolution du CA du MGPAP transmises par les ministres de l’Emploi.Crédit: RACHID TNIOUNI

Le ministre USFP ne…
article suivant

Nabil Mouline : “La résistance aux grandes catastrophes est inscrite dans l’ADN du Maroc”