La DGSN a arrêté plus de 8000 personnes en 10 jours

Les opérations sécuritaires menées dans les différents districts de la préfecture de police de Casablanca du 10 au 21 octobre ont permis l’arrestation de 8225 personnes. Parmi elles, 6094 en flagrant délit et 2131 faisant l’objet de mandats de recherche nationaux pour leur implication dans divers crimes et délits.

Par

Ces opérations sécuritaires ont été déployées à Kénitra, Meknès, Fès, Agadir et Casablanca. Crédit: DR

Dans un communiqué du 23 octobre, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a communiqué sur les opérations sécuritaires menées du 10 au 21 octobre, comprenant l’arrestation d’individus en flagrant délit ou recherchés pour différents crimes, plus spécifiquement des actes criminels suscitant un sentiment d’insécurité chez les citoyens. Il s’agit de vols avec violence et à l’arme blanche, d’agressions physiques et sexuelles, d’infractions financières et économiques, d’émission de chèques sans provision, d’escroquerie via Internet, ainsi que d’affaires liées à la drogue et aux psychotropes.

à lire aussi

Ces opérations menées de manière graduelle dans plusieurs villes du Royaume telles que Kénitra, Meknès, Fès, Agadir ou Casablanca, comprennent des plans d’action intégrés dans le domaine de la lutte contre le crime et l’organisation de la circulation, s’inscrivant dans le cadre des efforts déployés par les services de la DGSN pour lutter contre divers actes criminels.

Un butin conséquent

La DGSN a indiqué que ces opérations avaient permis la saisie de produits et d’outils portant atteinte à la sécurité des biens et des citoyens. Il y est question de 305 armes blanches, 200 kg de haschich et dérivés, 192 kg de cocaïne, 8 615 comprimés psychotropes, 5 075 bouteilles d’alcool de contrebande, 210 substances anesthésiantes, 201 téléphones portables et 56 véhicules volés ou utilisés pour commettre des actes criminels.

Cartographier la délinquance

Ces opérations ont été menées sur la base d’une analyse de la cartographie de la délinquance à Casablanca et d’une mise à jour des listes des personnes recherchées aux niveaux national et international. Elles ont été marquées par la participation des différentes unités de la police judiciaire, de la sûreté publique et des renseignements généraux relevant de la préfecture de police de Casablanca. Elles ont par ailleurs été appuyées par la Brigade de recherche et d’intervention, la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) et le groupe d’intervention rapide de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), selon le communiqué.

Avec MAP

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

4 juillet, 18h: 534 cas en 24 heures, 13 822 au total