Avortement : la question qui fâche en débat (houleux) à l'université

L’université Mohammed VI des sciences de la santé organisait, le 17 octobre au soir, un “grand débat” sur l’avortement. Attaques ad hominem, panel déséquilibré et accusations de censure étaient au menu de cette rencontre houleuse, qui a fait salle comble.

Par

Intitulé “Avortement : où en est-on ?” et modéré par le journaliste Abdellah Tourabi, l’événement avait pour but d’ouvrir le dialogue sur l’avortement en rassemblant différentes couleurs politiques et idéologiques. “Depuis le début de l’affaire Hajar Raissouni, nous n’avons assisté à aucun débat entre spécialistes, chefs de parti, associatifs… L’idée était de permettre à chacun d’exprimer sa position dans le cadre d’une rencontre”, nous explique Ali Taleb, le président bureau des étudiants (BDE) organisateur de l’événement. Etaient invités le secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS) Nabil Benabdallah, la secrétaire générale du Parti socialiste unifié (PSU) Nabila Mounib, le polémiste Rachid Achachi, le médecin Chafik Chraibi, les initiatrices du manifeste des 490, la réalisatrice Sonia Terrab et l’éditrice Karima Nadir, le membre du Parti authenticité et modernité (PAM) Mehdi Bensaid, et Mohamed Abdelwahhab al-Rafiki, salafiste repenti, plus connu sous le nom d’Abou Hafs….

article suivant

Éthiopie : l’armée lance son offensive sur la capitale du Tigré